Voyage au mont Caucase et en Géorgie. Tome 2 (Éd.1823) PDF

Le Général Bonaparte et son état-major en Égypte, Jean-Léon Gérôme, 1867. Elle se double d’une expédition scientifique, de nombreux historiens, botanistes, voyage au mont Caucase et en Géorgie. Tome 2 (Éd.1823) PDF accompagnant l’armée afin de redécouvrir les richesses de l’Égypte.


Voyage au mont Caucase et en Géorgie. Tome 2 / , par M. Jules Klaproth,…
Date de l’édition originale : 1823

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Elle est donc parfois aussi appelée  expédition d’Égypte , lorsque son côté scientifique, moins martial, est considéré. Toulon, mais des navires les accompagnent de Marseille, Gênes, Ajaccio, Civitavecchia. Une des plus célèbres batailles de cette campagne est la bataille des Pyramides qui a lieu le 21 juillet 1798. Les troupes révolutionnaires sont finalement vaincues et doivent abandonner l’Égypte mi-1801. Situation stratégique en Europe en 1798. C’est le Directoire qui décide de l’expédition d’Égypte.

Les directeurs, qui assument le pouvoir exécutif en France, ont recours à l’armée pour maintenir l’ordre face aux menaces jacobines et royalistes. L’Égypte est alors une province de l’Empire ottoman repliée sur elle-même et soumise aux dissensions des mamelouks. Elle échappe au contrôle étroit du sultan. En France, la mode égyptienne bat son plein : Bonaparte rêve de marcher sur les traces d’Alexandre le Grand. L’embarquement, à Toulon, des troupes à destination de l’Égypte. Le général Bonaparte organise son État-Major et choisit ses aides de camp.

Comme en Italie, il choisit 8 officiers pour remplir cette fonction. Le Directoire pense alors à annuler l’opération pour que Bonaparte puisse le cas échéant faire face à l’Autriche. Cependant, après quelques explications, les affaires s’arrangent et la paix est maintenue. Bonaparte arrive à Toulon le 9 mai 1798. Il loge à l’hôtel de la Marine.

Les légions romaines, que vous avez quelquefois imitées, mais pas encore égalées, combattaient Carthage tour à tour sur cette même mer et aux plaines de Zama. Article connexe : Occupation française de Malte. Vingt jours après l’appareillage le corps expéditionnaire se trouve devant Malte. Bonaparte s’empare de Malte surtout à cause de son importante position dans la Méditerranée, permettant de repousser les Anglais qui naviguent dans cette région et qui ont des vues sur le fort de La Valette.

Avant de quitter l’île, le général en chef fait mettre en liberté les captifs barbaresques et italiens emprisonnés dans les bagnes. Cette mesure est interprétée comme un calcul politique, qui a pour but de permettre aux troupes françaises d’acquérir une bonne image auprès des populations musulmanes en faisant preuve de générosité, alors même qu’elles préparent l’invasion d’une terre d’islam. Articles détaillés : Province ottomane d’Égypte et Prise d’Alexandrie. Treize jours après le départ de Malte, la flotte est en vue d’Alexandrie. Il n’y a d’autre Dieu que Dieu, et Mahomet est son prophète . Menou, qui partira le dernier de l’Égypte, y prend terre le premier.

Bonaparte et Kléber débarquent ensemble et le rejoignent dans la nuit à l’anse du Marabout à 13 km d’Alexandrie. Une fois maître de cette capitale, et avant de pénétrer plus avant sur le sol égyptien, Napoléon adresse le 1er juillet une proclamation aux habitants musulmans d’Alexandrie. Depuis trop longtemps les beys qui gouvernent l’Égypte insultent la nation française et couvrent ses négociants d’avanies. L’heure de leur châtiment est arrivée. Dieu, de qui dépend tout, a ordonné que leur empire finisse. Lorsque le débarquement est achevé, l’amiral Brueys reçoit ordre de conduire la flotte dans le mouillage d’Aboukir. Quant à l’escadre, elle doit, ou entrer dans le vieux port d’Alexandrie, si cela se peut, ou bien se rendre à Corfou.