Un monde de fous, messieurs ! PDF

Jeudi 25 février sur LCI, le député européen socialiste avait montré une coupure de presse du 11 Novembre 1965. L’affaire avait déjà buzzé fin 2009 sur le net, s’appuyant sur deux coupures, celle déjà citée du Petit-Varois et un compte rendu d’audience encore du 11 un monde de fous, messieurs ! PDF 1965, publié cette fois dans Nice-Matin. Var-Matin y avait d’ailleurs consacré un article le 5 décembre 2009. Cette péripétie de la campagne des régionales remet sur le devant de la scène la jeunesse politique  remuante  d’Alain Madelin et Patrick Devedjian .


Un monde de fous, messieurs! fut créé en 1605 au théâtre des Enfants de Saint-Paul à Londres. Mettant en scène avec humour des types classiques de la vie sociale londonienne, Thomas Middleton y présente dans une langue jubilatoire une réflexion sur les apparences, le déguisement et le théâtre.

En 1965, respectivement âgés de 19 et 21 ans, ils militent activement à Occident. Le quotidien d’Occident, ce sont les affrontements durs avec les groupes politiques d’extrême gauche qui sont majoritaires dans le monde universitaire. Les descentes d’Occident se multiplient en 1966 et 1967 et culminent avec l’affaire de l’université de Mont-Saint-Aignan, à Rouen le 12 janvier 1967. L’enquête de la police à la suite de ce raid crée un climat de suspicion généralisée dans le groupe.

François Duprat est d’ailleurs frappé et pourchassé. Des interrogations se font jour sur Patrick Devedjian. Il est convoqué rue Soufflot prétendument pour une réunion. A peine a-t-il franchi le pas de la porte qu’il est frappé, déshabillé, jeté dans une baignoire. Cette entrée a été publiée dans Actualité, histoire, Nationalisme révolutionnaire, UMP. Un tel retour de manivelle, je l’avais rêvé mais pas à ce point. Devedjan n’ira pas jusqu’à bout de sa pseudo plainte comme d’habitude.

Peillon s’est contenté de lire une coupure de presse, vérifiable, publique et réelle sans jugement envers les délinquants ni commentaires sur l’affaire. Je ne vois pas où est la diffamation contrairement àl’affaire Soumaré où la droite n’a pas hésiter à la multi-diffamation. Ces aventures font irrésistiblement penser aux récits des années de militants des frères Rolin. Mon préféré,  L’Organisation  de Jean Rolin, raconte une scène hilarante où il s’est réfugié dans un  chiotte à la turque  pendant tout un après midi, pourchassé par des jeunes d’extrême droite. Surtout qu’avec le temps, les anciens combattants se font ironiques sur leur engagement.