Thomas Mann : Une affaire de famille PDF

Attentat du 15 mars 2012 à Montauban – Attentat du 19 mars à Toulouse – Assaut du 22 mars 2012 à Toulouse par le RAID. Retranché dans son appartement, Mohammed Merah est tué le 22 mars 2012 lors de l’assaut thomas Mann : Une affaire de famille PDF par les policiers du RAID. Montaudran, au sud-est de Toulouse, avec une arme de calibre . Sur la vidéo réalisée par Merah lui-même avec une caméra Gopro fixée sur la poitrine, on le voit poser des questions à son interlocuteur :  T’es à l’armée ?


Dans la famille Mann, il y a aussi les femmes. À l’ombre de la montagne magique élevée par leur grand homme, ont-elles été heureuses ? Nées riches et rapidement devenues célèbres, membres d’une famille qui était admirée en Allemagne à l’égal d’une dynastie aristocratique, elles fréquentèrent les personnalités les plus importantes de leur époque, depuis le début du siècle jusqu’aux années i960. Et pourtant : aucune d’entre elles ne put sortir vraiment de l’ombre de Thomas Mann, géant de la littérature. Elles rivalisèrent pour attirer l’attention et obtenir l’amour de leur grand «magicien», quelles qu’aient été les diversités de leurs itinéraires personnels. Il y avait là Katia, patronne de la famille, au service de son grand homme de mari : la «sauvage» Erika, la fille préférée, toujours prête à faire scandale, avec son époux Gustaf Grundgens comme avec son frère Klaus : Monika la «mal-aimée», vainement en quête de reconnaissance ; et Elisabeth, la «toute petite», qui fut cependant la plus indépendante de toutes… Et toutes empoignées par la littérature, pour le meilleur souvent, parfois pour le pire.
Hildegard Möller raconte ainsi le roman vrai d’une famille exceptionnelle, nourri aux meilleures sources, et qui a obtenu outre-Rhin un très grand succès.
Hildegard Möller. née à Berlin, s’intéresse depuis plusieurs années à la famille Mann. Après avoir obtenu un doctoral, elle a travaillé à l’Institut für Zeitgeschichte de Munich, et collaboré entre autres au grand projet sur «L’émigration de langue allemande après 1933».

Traduit de l’allemand par Denis-Armand Canal.

Le ton monte :  Mets-toi à plat ventre. Allonge-toi , insiste Merah qui arme son pistolet, un 11. Ibn Ziaten ne baisse pas la garde:  Tu ranges ton arme. Je ne me mettrai pas à plat ventre. Des témoins aperçoivent l’assassin qui s’enfuit en scooter.

Ibn-Ziaten est inhumé dimanche 25 mars 2012 dans la ville de M’diq, dans le nord du Maroc. Leur assassin, arrivé en scooter, écarte fermement une personne âgée et tire dans la tête et dans le dos des victimes, prenant le temps d’achever l’une d’elles à terre. Les enquêteurs retrouveront sur place treize étuis de calibre . Un chargeur roule sous une camionnette garée à proximité. Il descend de son véhicule et ouvre immédiatement le feu en direction de la cour d’école. 30 ans, abattu en dehors de l’école alors qu’il essaie de protéger du tueur ses deux jeunes fils, Gabriel, 3 ans, et Aryeh, 6 ans.

Les caméras de vidéosurveillance montrent que le tueur assassine l’un des enfants alors qu’il rampe à terre aux côtés des corps de son père et de son frère. 8 ans, l’attrape par les cheveux et pointe son pistolet qui s’enraie à ce moment d’après les caméras de vidéosurveillance. L’assassin change alors d’arme, passant de ce que la police identifie comme un pistolet 9 mm Parabellum à un de calibre . Les corps des quatre victimes sont transportés mardi soir, 20 mars 2012, à Roissy, où ils sont salués par le président Sarkozy. Sandler, qui vient de perdre son fils et deux de ses petits-fils, déclare :  Mon petit cousin a été déporté à Auschwitz à l’âge de 8 ans en 1943. Je pensais que les enfants ne seraient plus assassinés en France, ou dans le monde.

Plusieurs pistes sont envisagées pour expliquer ces meurtres. Sergent-Vigné, est d’abord approché par les forces de l’ordre. Mohammed Merah se réveille et tire à travers la porte de son appartement sur les policiers venus l’interpeller. Selon le Journal du dimanche du 25 mars 2012, il a déclaré aux policiers qui tentaient d’obtenir sa reddition qu’il regrettait d’avoir manqué la  rentrée des classes à l’école juive , ce qui lui aurait permis de tuer plus d’enfants. Il a dit aussi le  plaisir infini  qu’il a éprouvé au cours de ses actions meurtrières.

L’assaut proprement dit n’a pas encore commencé. L’assaut final aura duré en tout sept minutes. Les tueries de Toulouse et Montauban sont revendiquées deux fois par l’organisation Jund al-Kilafah. La première revendication survient le 22 mars 2012380. La seconde revendication a lieu le 1er avril 2012. Le Jund al-Khilafah y revendique de nouveau les attentats de Mohammed Merah et donne des précisions sur l’entraînement de ce dernier en Afghanistan388.

L’enquête liée aux suites de l’affaire Merah est confiée à la Sous-direction chargée de l’antiterrorisme. Les deux femmes ont été relâchées le samedi 24 mars 2012. Il ne sera jamais reconnu coupable des attentats au regard de la loi française. Le 6 juin 2012, la levée du secret défense a été demandée par les juges d’instruction afin de faire toute la lumière sur d’éventuelles failles des services de renseignement français. En septembre 2012, l’audition de Bernard Squarcini jette le trouble et les victimes s’interrogent sur les zones d’ombre concernant les investigations menées par les services à compter de janvier 2012. Ces demandes sont appuyées et relayées par les autres conseils de parties civiles. 2017 s’ouvre le procès de Fettah Malki et Abdelkader Merah devant la Cour d’assises de Paris afin établir leurs éventuelles complicités apportée à Mohammed Merah.

Abdelkader Merah est condamné à 20 ans de réclusion criminelle, avec une peine de sûreté des deux tiers. Mohammed Merah naît dans une famille où, selon le témoignage de son frère aîné, il est  élevé avec la haine du juif, la haine de tout ce qui n’est pas musulman. Mohammed se revendique d’Al-Qaïda et se serait rendu en Afghanistan et dans les régions tribales du Pakistan. Selon Le Monde, un officier supérieur américain en poste à Kandahar assure que sur le passeport de Mohammed Merah figuraient des tampons de plusieurs pays du Moyen-Orient : Syrie, Irak et Jordanie.

Mohamed Merah est décrit comme un loup solitaire. C’est la thèse défendue à l’origine tant par la DCRI que par la place Beauvau. Deux jours après la mort de Merah, Bernard Squarcini, alors patron du renseignement intérieur, estime que ce dernier incarne les « nouvelles techniques opérationnelles » d’Al-Qaïda, qui privilégie « la voie du loup solitaire ». Selon lui, Mohamed Merah s’est « radicalisé seul » et n’appartenait « à aucun réseau ».