Théo Van Gogh, marchand de tableaux, collectionneur, frère de Vincent : Exposition, Van Gogh museum, Amsterdam (24 juin-5 septembre 1999) ; Musée d’Orsay, Paris (27 septembre 1999-9 janvier 2000) PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. En théo Van Gogh, marchand de tableaux, collectionneur, frère de Vincent : Exposition, Van Gogh museum, Amsterdam (24 juin-5 septembre 1999) ; Musée d’Orsay, Paris (27 septembre 1999-9 janvier 2000) PDF, il invite Vincent à venir vivre avec lui et, en mars de cette année, ils louent un appartement à Montmartre, au no 54 de la rue Lepic. Le sculpteur Antoine Bourdelle travaille pour Théo vers 1886 après avoir quitté l’École des beaux-arts. Théo ressentit une admiration inaltérable envers son frère pendant toute sa vie, mais leurs rapports étaient parfois difficiles à cause de la différence de leurs points de vue concernant leur façon de vivre.


Cependant, c’est Théo qui gardait le contact avec son frère en lui écrivant régulièrement et en l’aidant matériellement, faisant croire au début que c’est leur père qui envoyait cet argent. Théo était l’une des rares personnes à comprendre le tréfonds de l’âme de son frère et à suivre aussi l’évolution de sa maladie psychique. La plupart des lettres de Théo à son frère sont un témoignage aimant d’encouragement. Tombes de Vincent et Théodore Van Gogh à Auvers-sur-Oise. Théo a alors 33 ans et est de quatre ans son cadet.

D’abord enterré au cimetière d’Utrecht, c’est en 1914 que Johanna fera transférer la dépouille de son mari, réunissant les deux frères l’un à côté de l’autre au cimetière d’Auvers-sur-Oise. Théo et Vincent van Gogh, L’Iconoclaste, 2006, 161 p. S’appuyant sur de nombreuses archives dont certaines inédites, Judith Perignon y construit, dans un style intime et délicat, un récit poignant : Vincent raconté par son frère Théo. La source majeure est la considérable correspondance entre les deux frères, mais aussi le journal intime de Johanna, la femme de Théo, et des documents glanés à la clinique du docteur Blanche ou à Utrecht. En 2015, le manga Les Deux Van Gogh, de Hozumi, paraît aux éditions Glénat. Il raconte la relation entre les deux frères, mais en transformant l’histoire.

En 2016, paraît Vincent qu’on assassine de Marianne Jaeglé, roman montrant Vincent Van Gogh aux prises avec son temps, avec ceux qui l’entourent et avec la création. Publiées en 1911 et traduites en français en 1960, aux éditions Grasset. Une première sélection de ces lettres est publiée en français en 1937. Vincent van Gogh, in Encyclopædia Britannica. Octave Mirbeau, Dans le ciel, 2002, Éditions du Boucher, p.

Réunion des Musées Nationaux, 1999, 229 p. Une biographie de Théo van Gogh, Éditions Olbia, 1999, 237 p. Theo van Gogh, son arrière-petit-fils, réalisateur à controverse, assassiné en 2004. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 22 décembre 2018 à 14:34.

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. En 1886, il invite Vincent à venir vivre avec lui et, en mars de cette année, ils louent un appartement à Montmartre, au no 54 de la rue Lepic. Le sculpteur Antoine Bourdelle travaille pour Théo vers 1886 après avoir quitté l’École des beaux-arts. Théo ressentit une admiration inaltérable envers son frère pendant toute sa vie, mais leurs rapports étaient parfois difficiles à cause de la différence de leurs points de vue concernant leur façon de vivre.

Cependant, c’est Théo qui gardait le contact avec son frère en lui écrivant régulièrement et en l’aidant matériellement, faisant croire au début que c’est leur père qui envoyait cet argent. Théo était l’une des rares personnes à comprendre le tréfonds de l’âme de son frère et à suivre aussi l’évolution de sa maladie psychique. La plupart des lettres de Théo à son frère sont un témoignage aimant d’encouragement. Tombes de Vincent et Théodore Van Gogh à Auvers-sur-Oise. Théo a alors 33 ans et est de quatre ans son cadet. D’abord enterré au cimetière d’Utrecht, c’est en 1914 que Johanna fera transférer la dépouille de son mari, réunissant les deux frères l’un à côté de l’autre au cimetière d’Auvers-sur-Oise. Théo et Vincent van Gogh, L’Iconoclaste, 2006, 161 p.