Tenture de l’Apocalypse d’Angers, l’Envers & l’Endroit PDF

Une partie des six pièces qui composent la tenture de l’Apocalypse. Artiste atelier tenture de l’Apocalypse d’Angers, l’Envers & l’Endroit PDF Nicolas Bataille sur cartons de Hennequin de Bruges. Cette œuvre est le plus important ensemble de tapisseries médiévales subsistant au monde.


Celui-ci est situé, sur le site du château d’Angers, dans une très longue galerie construite à cet effet et inaugurée en 1954. Les inventaires successifs de la bibliothèque de Charles V sont utiles en la matière, puisqu’il est établi en 1380 que son manuscrit de l’Apocalypse a été  baillé à Mons. Le sujet de la tenture s’inspire en effet de manuscrits à miniatures illustrant le texte de l’Apocalypse de Jean. Outre le manuscrit cité appartenant à Charles V, les autres sources d’inspiration possibles pour la création de Hennequin sont nombreuses. La tenture est utilisée pour des occasions solennelles. Le roi René, donateur de la tenture à la cathédrale d’Angers. Elle fait alors partie du trésor de la cathédrale où elle est conservée dans des coffres, roulée sur elle-même.

1843 par l’évêque Mgr Angebault auprès de l’administration des Douanes, pour la somme de 300 francs. Cette première restauration s’achève en 1863. La loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 fait obligation aux biens du clergé d’être mis à la disposition de l’État et du public, si bien que la tenture devient propriété publique tout en demeurant affectée au culte. De 1953 à 1954, l’architecte en chef des monuments historiques Bernard Vitry construit une galerie en équerre à l’emplacement des anciens bâtiments qui ferment la cour seigneuriale du château d’Angers. 40 lux et un degré d’hygrométrie maîtrisé, pour mieux en assurer la conservation. L’œuvre actuellement visible est amputée : sur les cent-quarante mètres de sa longueur d’origine, seuls une centaine sont aujourd’hui exposés.

Avant son démantèlement, la tenture mesure environ cent-quarante mètres de long et six mètres de haut, et couvre une surface totale de 850 m2. Pour la chaîne et la trame, c’est la laine qui est employée : il s’agit d’une laine aux couleurs vives, teinte à l’aide de colorants végétaux comme la gaude pour la gamme des jaunes, la garance pour les rouges et le pastel pour les bleus. Du fait des déplacements, découpages et dégradations successifs, le nombre de pièces d’origine est cause de discussions. Aujourd’hui, seuls cent quatre mètres ont pu être récupérés et sont actuellement exposés, le sixième tableau étant le plus incomplet. La thématique de l’Apocalypse est fréquente dans une époque marquée par la peste noire qui ampute l’Europe du tiers de sa population et un royaume de France troublé par la guerre de Cent Ans.

Les six pièces comportent, pour les deux qui sont complètes, quatorze tableaux où alternent des fonds rouges et des fonds bleus et répartis sur deux niveaux ou registres. Ce personnage occupe la hauteur de deux registres. En italique les pièces disparues ou dont on ne conserve qu’un fragment. Un grand personnage sous un baldaquin, qui occupe toute la hauteur de la tenture, ouvre la série des tableaux. Elles sont représentées matériellement par 7 églises et spirituellement par 7 anges.