Témoin du témoin PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche L’affaire du témoin X1 est une affaire en marge de l’affaire Dutroux en Belgique dans les années 1990 et 2000. Selon elle, le réseau fait circuler des photos et vidéos tournées sur demande des clients qui décident d’un scénario à faire subir à un enfant, incluant des sévices et tortures. X1 affirme avoir côtoyé beaucoup d’enfants, dont certains cédés par leur famille, ou enlevés dans la rue. Elle déclare que les meurtres à 16 ans sont chose courante au sein du réseau, car c’est l’âge où les jeunes filles, qui n’ont témoin du témoin PDF été rendues folles par les sévices infligés et n’intéressent plus les clients pédophiles, risquent de parler.


Arrêté en 1944 dans une rafle contre l’action catholique en Allemagne, leur père survit à Buchenwald. Il ramènera un morceau de l’enfer avec lui, ses enfants vivront avec le poids de ses souvenirs. Plus de cinquante ans plus tard, Dominique perd son frère, abattu à bout portant lors d’une querelle tragique avec un ami. Pour cette femme hantée par le passé de son père, le procès du meurtrier est l’occasion d’affronter toutes ses peurs

Après désaisissement du juge Jean-Marc Connerotte, les auditions et enquêtes continuent. En juin 1997, les enquêteurs, dont Patrick de Baets, Aimé Bille et Rudy Hoskens, 9 mois après le début de leurs investigations, sont dessaisis de l’affaire sur ordre du juge d’instruction Jean-Claude Van Espen, remplaçant Jean-Marc Connerotte, soit dix des quarante policiers chargés de l’affaire. La piste du réseau pédophile organisé est abandonnée. Les enquêteurs Patrick de Baets et Aimé Bille déclarent que des gens au sein du système policier et judiciaire ont commis des faux en écriture pour les discréditer, eux et les victimes, tout en encourageant la presse à le faire également.

En 1998, les magistrats de ces trois parquets aboutissent à une conclusion identique : les accusations du témoin X1 ne reposent sur aucun élément crédible et relèvent de l’invraisemblance. Lorsque la piste du réseau pédophile est abandonnée, Régina Louf décide de témoigner à la télévision à visage caché, puis découvert, ce qui amène les médias à faire des recherches sur sa vie privée. Trois mois après la levée de l’anonymat de Régina Louf, la justice annonce la cessation des enquêtes sur son témoignage au motif qu’aucune preuve ne vient l’étayer. Selon le psychiatre Paul Igodt, qui a dirigé un conseil de 5 psychiatres pour expertiser Régina Louf sur ordre de la magistrature, elle souffre du trouble de la personnalité multiple dû à des abus sexuels prolongés et très graves durant son enfance. 1994 où elle raconte sa prostitution forcée durant 20 ans. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Les dossiers X, ce que la Belgique ne devait pas savoir sur l’affaire Dutroux, par Anne-Mie Bulte, Douglas de Coninck, Marie-Jeanne Van Heeswyck, Les dossiers X, EPO, 1999 Texte en ligne.

Régina Louf – Un témoin trop crédible? Roland Chevalier, Éditions La Longue Vue, Bruxelles, 2000. INTERVIEW DE REGINA LOUF, TÉMOIN X1 DE NEUFCHATEAU, 10 janvier 1998, par Annemie Bulté et Douglas De Coninck, paru dans le journal De Morgen. LA COORDINATION NATIONALE DE L’ENQUÊTE X1 ÉTAIT UN GÉANT AUX PIEDS D’ARGILE, 2 février 1998, par Walter De Bock paru dans le journal De Morgen. Des ballets roses au témoignage d’X1. Les dossiers X, ce que la Belgique ne devait pas savoir sur l’affaire Dutroux, par Anne-Mie Bulte, Douglas de Coninck, Marie-Jeanne Van Heeswyck, Les dossiers X, EPO, 1999 Texte en ligne, p. 3e œil productions, Les faits Karl Zéro, Le fichier de la honte, par Serge Garde et Karl Zéro, produit par Pierre-Antoine Capton, 2010.