Science Politique (3ème édition) PDF

Ces thèses n’ont pas de valeur scientifique. Rarement aura-t-on vu un travail creux habillé avec une telle sophistication . Le débat sur les compétences et les diplômes des jumeaux ne date pas d’hier. Ils se targuaient déjà, en 1991, en quatrième de couverture de leur opus Dieu et la science, d’être titulaires de science Politique (3ème édition) PDF en astrophysique et en physique théorique.


Ce manuel de science politique est devenu, au fil des ans, un classique pour les étudiants de première année en droit et des instituts d’études politiques. Il est aussi conseillé pour les concours de catégorie A, notamment en culture générale. Cet ouvrage de science politique aborde de façon claire, synthétique et accessible au plus grand nombre une matière foisonnante qui permet de mieux cerner le fonctionnement réel de la démocratie. Structuré en chapitres (l’État, les régimes politiques, les forces politiques, la participation politique, les élites, les politiques publiques), il sera pour les juristes ou les non-juristes un premier apprentissage efficace des ressorts de la vie politique en vue de l’examen ou des concours. Cette nouvelle édition actualisée s’appuie sur les acquis fondamentaux de la sociologie politique, ses théories et ses auteurs, classiques ou modernes.

Dominique Chagnollaud est professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II) et directeur du Centre d’études constitutionnelles et politiques. Il est aussi l’auteur de Droit constitutionnel contemporain chez A. Colin, 2005 (en deux tomes).

Las,  ces anciens élèves de Roland Barthes  ne soutiendront leur thèse que 8 et 11 ans plus tard à l’université de Bourgogne. Rapport de la section 01 mathématiques sur la thèse de M. Les éléments de la première partie de la thèse sont rédigés avec une grande naïveté et des erreurs qui montrent la méconnaissance de l’auteur pour un sujet qui est enseigné en maîtrise de mathématique. Le deuxième chapitre continue dans le même style. Rapport de la section 02 Physique sur la thèse de M. Les auteurs du rapport proposent une  analyse détaillée  et commentée de chaque partie de la thèse d’Igor Bogdanov de laquelle il ressort que la  valeur de ce travail est nulle  ainsi qu’une  totale méconnaissance du sujet .

Et le rapport de lister les approximations, imprécisions, définitions manquantes, etc :  l’usage d’affirmations floues est si fréquent qu’on est tenté d’y voir un procédé de camouflage de l’absence de réels arguments . Pourquoi ce rapport est-il resté dans les cartons du CNRS depuis près de sept ans ? Mais ce rapport s’ajoute à la liste déjà longue des agissements douteux des deux frères. Ils ont été épinglés à de nombreuses reprises pour avoir usé de citations tronquées, de petits arrangements avec la vérité, de références bidonnées, de recherches inventées ou d’amitiés exagérées. On ne refera pas ici l’historique des griefs à l’encontre des jumeaux, le site Arrêt sur image en avait dressé la liste cet été, dans un excellent dossier sur le phénomène.

Ce qui est extraordinaire, c’est leur ligne de défense. A chaque fois qu’une de leur légèreté est mise au jour, ils usent de la même rhétorique : ceux qui les critiquent sont des jaloux, des aigris ou des demeurés. Les scientifiques sont des capitalistes : ils abordent la connaissance comme un magot. Ils nous éreintent parce que nous redistribuons ce trésor au peuple. Et quid des journalistes qui ont eu l’irrévérence de mettre le doigt sur leurs incohérences ? Pierre Vandeginste a été traité, en toute finesse, de  débile mental  par les jumeaux dans un entretien au Journal du dimanche.