Revue pour l’histoire du CNRS, numéro 6 – Mai 2002 : Dossier : Les années 60: l’Espace, l’Océan, la Parole PDF

ARTivision est une page Web de l’association « ARTivities » . Revue pour l’histoire du CNRS, numéro 6 – Mai 2002 : Dossier : Les années 60: l’Espace, l’Océan, la Parole PDF d’une photo, du livre remarquable du Major Donald E. Nous avons du Major Donald E.


60 illustrations. Revue dirigée par André Kaspi. Parmi les articles principaux : naissance de nouvelles disciplines (traduction automatique, conquête de l ’espace, océanographie), création d’un nouveau mode d’organisation de la recherche (la Maison de l ’Orient méditerranéen), la notion de politique scientifique dans les années 50 à 70, avec une réflexion sur l’émergence de ce thème et les conceptions de Pierre Mendès France.

La discipline qui en découle est l’ufologie. Fusée fantôme  photographiée le 9 juillet 1946 en Suède. En 1946, les médias font état de plus de 2 000 témoignages d’aéronefs non identifiés principalement dans les pays scandinaves, mais aussi en France, au Portugal, en Italie et en Grèce. Mais ces appellations sont rapidement détrônées par celle des soucoupes volantes à la suite du témoignage médiatisé d’un homme d’affaires américain, Kenneth Arnold, qui mobilise l’attention de la presse mondiale en 1947. Rapport de Kenneth Arnold envoyé aux forces aériennes de l’armée des États-Unis le 12 juillet 1947, avec des croquis des objets en forme de galets plats. Il rapporte avoir vu le 24 juin, sans pouvoir les identifier, neuf objets en forme de galets plats, très brillants et très rapides, volant en direction du Mont Adams depuis le Mont Rainier. Cette première apparition d’ovni eut un retentissement considérable et vit se déplacer sur les lieux non seulement une foule de curieux mais aussi des journalistes, des agents du FBI et du renseignement militaire.

Un pilote, Richard Rankin, rapporte avoir observé un engin étrange quelques jours avant Arnold. Il dit ne pas en avoir parlé car il pensait qu’il s’agissait d’un appareil de la Navy, le Flying Flapjack. Ce témoignage paraît pour les médias plus crédible que celui d’Arnold. Les jours suivants, la plupart des journaux racontent en première page des histoires de soucoupes volantes. Des dizaines d’autres observations sont rapportées. Certains récits évoquent des chutes de soucoupes volantes, mais ces histoires sont rapidement classées comme canulars et comme erreurs d’interprétation.