Recits D’Une Tante: Memoires de La Comtesse de Boigne Nee D’Osmond… PDF

En pratique : Quelles sources recits D’Une Tante: Memoires de La Comtesse de Boigne Nee D’Osmond… PDF attendues ? Dès 1325 ou 1330 un manoir est mentionné à Pontem Cartonencem qui deviendra Pontchartrain. En 1598 il fut acquis par Antoine de Buade de Frontenac, « capitaine des châteaux de Saint-Germain-en-Laye, Saint-James et La Muette ».


Son fils Louis Ier Phélypeaux fit édifier les principales constructions entre 1633 et 1662, dont l’attribution à François Mansart n’est pas fondée. Le Chancelier Pontchartrain, « très petit homme maigre, d’où sortaient sans cesse des étincelles de feu et d’esprit ». Nevers et épouse en 1760 du duc Louis Hercule Timoléon de Cossé-Brissac, commandant en chef de la garde constitutionnelle de Louis XVI. En 1801, la duchesse de Brissac vendra Pontchartrain à l’industriel et spéculateur Claude-Xavier Carvillon des Tillières, un des chefs de la « Bande Noire », syndicat d’affairistes enrichis sous le Directoire qui se spécialisèrent dans l’achat et la liquidation des grands domaines aristocratiques. Il fait transformer les jardins à la française en parc à l’anglaise par le paysagiste en vogue Louis-Martin Berthault, qui fut employé vers 1820 par James de Rothschild pour organiser les premières réceptions qu’il donna dans son hôtel parisien. 1812, sa fortune et son important patrimoine foncier passèrent à sa fille, Aimée Carvillon des Tillières.

Louis XIV, dans lesquels figure Mme de Montespan. Pierre Clément, Mme de Montespan et Louis XIV, Paris, 1868, p. Lefuel le palais où elle mourra en 1884. Pour lui parler, il était nécessaire de demander audience à sa dame d’honneur, Mlle de Beauroire.

Auguste Dreyfus, marquis consort de Villahermosa, concessionnaire unique de l’État péruvien pour l’exploitation et la vente du guano contre le service de la dette du pays, en acquit le monopole. Pierre Waldeck-Rousseau, qu’il désigna comme exécuteur testamentaire en 1890. En 1932, don Luis Gonzalez de Andia y Dreyfus marquis de Villahermosa et son frère don Eduardo Gonzalez de Andia y Dreyfus comte de Premio Real et leur sœur madame la comtesse de Lirot vendirent le domaine à la famille Lagasse. Don Manuel Gonzalez de Andia y Talleyrand Perigord marquis de Villahermosa successeur de Don Luis, acquit en 1956 le château de La Chatonnière à Azay-le-Rideau, proche des châteaux de Rochecotte et de Valençay fiefs de la famille de sa mère Félicité de Talleyrand Perigord duchesse de Dino. En 1940, les nouveaux propriétaires firent percer le pavillon central d’un passage voûté débouchant sur un large escalier-perron reliant la cour d’honneur aux jardins. L’auteur indique que « l’intermède Païva lui apporta une nouvelle splendeur ».

Le château appartient aujourd’hui à une société privée appartenant à la famille Lagasse. U », comportant un corps de logis central « en fond de cour » encadré de deux ailes en retour, entouré de douves. Boeswillwalld, qui l’a doublé en profondeur côté jardins. Le pavillon axial a été percé en 1940 d’un passage voûté, passablement anachronique. Les ailes se composent de trois pavillons réunis par des corps allongés. Elles sont construites en brique et pierre, la brique étant utilisée en appareillage, selon une technique qu’on trouve également au château de Grosbois et au château des Mesnuls.