Paroles de liberté en terres d’Islam PDF

Freedom House publie le classement des 20 pays où les droits de l’Homme et la démocratie sont bafoués. Défilé militaire pour célébrer la sécession d’avec la Georgie à Tskhinvali, en Ossétie du Sud. Un paroles de liberté en terres d’Islam PDF anti-Corée du Nord lors d’une manifestation à Séoul.


Au-delà des clichés, que savons-nous des terres de l’islam ? De Cordoue à Beyrouth, de Bagdad au Caire, depuis la prophétie de Mahomet au VIIe siècle, des  » chercheurs de routes et d’eaux libres  » ont ouvert de façon audacieuse l’horizon de la pensée et de la poésie.
La parole est ici donnée à dix de ces grandes figures de la philosophie, de la théologie et de la poésie.
Confronté à cet héritage humaniste, cinq créateurs contemporains, Azouz Begag, Djur Djura, Hassan Massoudy, Sapho, Leïla Sebbar, disent la résonance de ces écrits d’hier dans leur vie. Sous leurs plumes, ces paroles de liberté en terres d’islam deviennent mémoire, souffle et nourriture pour aujourd’hui.

Truth LeemSELON LE CLASSEMENT établi par Freedom House , le peuple le moins libre au monde est celui de la Corée du Nord. Toutes les facettes de la vie privée —l’emploi, l’éducation, le logement, et l’accès aux soins de santé— sont déterminées par un système semi-héréditaire, qui classifie les citoyens en sous-groupes définis en fonction de la «loyauté» de chaque famille vis-à-vis du régime. Après des décennies d’une gestion calamiteuse, le pays dépend directement de l’aide alimentaire extérieure —étroitement contrôlée par le pouvoir—, et sa population meurt de faim. Cette année, la Corée du Nord a procédé à différents changements au sommet de l’État: plusieurs membres clés de la famille de Kim Jong Il ont été promus en prévision de sa succession. Son fils, Kim Jong Un, apparaît aujourd’hui comme son probable successeur.

Freedom House est une organisation non gouvernementale indépendante qui soutient l’expansion des libertés dans le monde. L’organisation soutient le changement démocratique, surveille l’état de la liberté dans le monde et défend la démocratie et les droits de l’Homme. Des manifestants libyens lors d’une manifestation anti Kaddhafi à Misrata. Dans cet État riche en pétrole, le pouvoir politique appartient théoriquement aux comités révolutionnaires —mais en réalité, Kadhafi règne sans partage. Unis, les Nations unies et l’Union européenne ont mené des raids aériens et lancé plusieurs appels —de plus en plus pressants— enjoignant à Kadhafi de quitter le pouvoir. Un activiste birman crie des slogans lors d’une manifestation pro-démocratie devant l’ambassade birmane à Séoul. Obiang et ses proches se sont enrichis grâce aux profits réalisés sur les ventes du pétrole du pays.

En 2010, l’Unesco a renoncé à accorder un prix scientifique parrainé par Obiang: le projet avait provoqué un tollé chez les associations de défense des droits de l’homme. Un Érythréen fabrique des objets à partir de métaux de récupération à Asmara. Les élections nationales ont été reportées indéfiniment, les lois régissant les partis politiques n’ont jamais été votées, les partis politiques indépendants n’existent pas, et le gouvernement contrôle la majorité des organes de presse. 2010, 17 d’entre eux étaient encore derrière les barreaux. Des manifestants somaliens devant l’hôtel Madina, à Mogadiscio.

Mais le gouvernement de Cheikh Sharif n’a pratiquement aucun contrôle sur le pays, et il est sur le point de s’effondrer: il fait face aux attaques d’al-Shabab et de l’Hizbul Islam. Ces derniers mois, al-Shabab a resserré son emprise sur le sud et le centre de la Somalie. Le président Omar Hassan al-Bashir lors d’une visite du village Diwayaem à Khartoum. Al-Bachir a envoyé des forces nord-soudanaises en Abyei en mai dernier, provoquant la fuite de près de 100. Le président Turkmène Gurbanguly Berdimuhamedov et le président Roumain Traian Basescu lors d’une cérémonie officielle à Bucarest. Mais si le pays s’est doté d’une Constitution, l’État demeure dirigé par un parti unique, et tous les aspects de la vie civile et politique sont sous le contrôle du gouvernement. La nouvelle administration n’a pas permis une renaissance de la société civile.

Commission électorale centrale a demandé à ce que Berdimuhamedov conserve son poste à vie. Le président Ouzbèk Islam Karimov inspecte la garde d’honneur à Moscou lors d’une visite. Il domine les structures de pouvoir ouzbèkes sous tous leurs aspects, y compris les branches législatives et judiciaires. Aucun authentique parti d’opposition n’est autorisé, et les groupes officieux d’opposition sont sévèrement réprimés. En décembre 2010, par exemple, quinze personnes ont été détenues et interrogées par la police pour avoir tenté de créer un nouveau parti politique.

La police népalaise charge les manifestants anti-Chine à Katmandou. Les Tibétains n’ont pas le droit d’élire leurs représentants ou de déterminer leur avenir politique. Manifestation contre le président Bachar al-Assad à Deir al-Zour, en Syrie. 000 personnes ont été arrêtées et plus de 1. 100 tuées lors des violentes opérations de répression orchestrées par le gouvernement. L’actuel président, Bachar el-Assad, a repris les rênes du pouvoir en 2000, après la mort de son père.