Par-dessus l’épaule PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Vue latérale, légèrement postérieure, d’une épaule gauche féminine. Elle comporte plusieurs articulations qui concourent à en faire le complexe articulaire le plus mobile par-dessus l’épaule PDF corps humain. L’épaule est un complexe d’articulations et de muscles unissant le membre supérieur au tronc.


Elle peut devenir instable en raison de la conformation de l’articulation scapulo-humérale. Une intime synergie dans la mise en action des muscles assure la nécessaire précision fonctionnelle. E : tendon du long chef du biceps. F : tubercule mineur de l’humérus, ou tronchin. 5 remarque : le grand rond n’est pas considéré comme faisant partie des muscles de la coiffe des rotateurs. Cette articulation représente le seul point fixe entre le thorax et le membre supérieur. Entre la surface articulaire de la clavicule et le fibro-cartilage: le siège du mouvement.

Entre le fibro-cartilage et la surface articulaire du sternum : l’amortisseur. Il relie les extrémités médiales des deux clavicules. Les ligaments costo-claviculaires antérieur et postérieur. Ils s’insèrent sur le bord inférieur de la clavicule et sur le bord supérieur de la première côte.

Sa physiologie est complexe, car elle dépend des mouvements de l’articulation suivante. Elle ne possède donc aucun axe de rotation bien qu’un faible degré de mouvement existe. C’est une vraie articulation puisqu’elle possède une capsule articulaire, une synoviale et deux surfaces articulaires : celle de l’acromion et celle de l’extrémité latérale de la clavicule. Le ligament coraco-claviculaire médial, de moindre importance.

La grande mobilité de la scapula permet de déplacer et d’orienter sa cavité glénoïdale pour augmenter très fortement le rayon d’action du membre supérieur. Le rôle de la clavicule s’explique par l’anatomie du thorax : à la hauteur de l’omoplate, ce dernier a une section elliptique. Aussi appelé de manière abusive deuxième articulation scapulo-humérale, la bourse séreuse sous-acromio-deltoïdienne permet principalement au muscle supra-épineux et au tubercule majeur de glisser sous le muscle deltoïde et sous la voûte acromio-coracoïdienne lors de l’abduction du membre supérieur. C’est une articulation synoviale de type sphéroïde.