OBJECTIF BAC – Toutes les matières 2nde PDF

La réforme des lycées présentée cette semaine par le Président de la République contient un volet sur l’orientation. Pour donner un avis éclairé aux pouvoirs publics et pointer pistes d’amélioration des services de l’orientation, l’UNAF a donné la parole aux premiers concernés : les jeunes OBJECTIF BAC – Toutes les matières 2nde PDF leurs parents. Cette étude a permis de mettre en lumière les motivations des jeunes, leurs critères de choix pour un métier, les personnes qui comptent dans leur cheminement et la façon dont ils vivent les différentes étapes de leur orientation scolaire. Chaque situation est particulière, mais avec cette étude qualitative, nous avons pu identifier des grandes tendances et 4 parcours-types.


Cet ouvrage vous propose, dans chaque matière :

Le cours COMPLET organisé en séquences, pour comprendre et retenir l’essentiel.

– Des méthodes et des exemples d’application pour maîtriser les techniques indispensables en français, histoire-géographie et en maths.

Plus de 120 exercices et leurs corrigés, pour s’entraîner en langues, en maths et en sciences.

– Pratique ! Un index des mots-clefs vous conduira rapidement à la notion que vous souhaitez travailler.

L’orientation se révèle être un véritable parcours, durant lequel les jeunes ont besoin d’être davantage accompagnés : pour mieux se connaître, apprendre à faire des choix, appréhender les formations, les métiers et le monde professionnel, puis s’inscrire dans les écoles, rechercher un stage, voire plus généralement rechercher un logement et des modes de transport adaptés. Toutefois, cette étude confirme que les jeunes restent optimistes même dans les situations difficiles. Ils trouvent une part de l’énergie nécessaire à leur parcours d’orientation dans l’appui apporté par leurs parents. Ce constat a déjà été posé par l’UNAF lors de la Commission de concertation sur la politique de la jeunesse, pilotée par le Haut commissariat à la jeunesse. Puisque les parents sont directement concernés par l’orientation de leurs enfants, ils se révèlent être des acteurs-clefs d’une orientation réussie qui doivent être replacés au cœur des politiques publiques portant sur l’orientation. En conclusion de cette étude, l’UNAF propose des préconisations pour améliorer le dispositif existant et l’adapter aux besoins des jeunes et des familles. De nombreux rapports démontrent que l’orientation scolaire en France n’est pas satisfaisante et que les jeunes ont besoin d’un accompagnement renforcé dans cette étape importante de leur vie.

Pour mettre en évidence les dysfonctionnements de l’orientation et donner avis aux pouvoirs publics, l’UNAF a souhaité donner la parole aux premiers concernés : les jeunes et leurs parents. Cette étude dont voici la synthèse, a permis de mettre en lumière les motivations des jeunes, leurs critères de choix pour tel ou tel métier, les personnes qui comptent dans leur cheminement et la façon dont ils vivent les différentes étapes de l’orientation scolaire. L’orientation se révèle être un véritable parcours, durant lequel les jeunes ont besoin d’être accompagnés. Ils ont besoin d’aide pour mieux se connaître, pour apprendre à faire des choix, pour appréhender les formations, les métiers et le monde professionnel. Plus largement, cette étude confirme d’une part que les jeunes sont optimistes face à leur avenir, d’autre part qu’ils trouvent une part de l’énergie nécessaire à leur parcours d’orientation dans l’appui que peut leur apporter leurs parents. Une affirmation que l’UNAF a fortement souligné lors de sa participation à la Commission de concertation sur la politique de la jeunesse, pilotée par le Haut commissariat à la jeunesse et au Livre vert intitulé « Reconnaître la valeur de la jeunesse ».

Nous avons choisi d’interroger des scolaires ou apprentis, en fin de cycle soit en Terminale générale, technologique ou professionnelle, soit en fin de CAP ou de BEP. Elle cherche par ailleurs à comprendre quelle est la perception par les jeunes et leurs parents des différents « accompagnateurs » du jeune et de leur rôle dans son orientation, c’est-à-dire, au sein de l’Éducation nationale : des professeurs, proviseurs, CPE, conseillers d’orientation, de ses parents et les professionnels qu’il rencontre, etc. Enfin, l’étude a pour objectif de cerner les attentes des jeunes comme de leurs parents pour un parcours d’orientation plus satisfaisant. Compte tenu des objectifs de l’étude, la méthode est exclusivement qualitative sous forme d’entretiens individuels semi-directifs approfondis en face à face d’une heure. Il s’agit en effet de pouvoir retracer, avec chaque jeune d’une part, et un de ses parents d’autre part, son parcours spécifique, afin d’identifier les points de satisfaction et d’insatisfaction, et les difficultés rencontrées. La méthode des entretiens est donc privilégiée par rapport à celle des réunions de groupe, car elle permet d’obtenir un ressenti individuel sur l’histoire spécifique de chaque jeune.

23 entretiens de jeunes et 22 entretiens de parents. 41 entretiens sont réalisés à Paris et à Tours en face à face. 4 entretiens sont effectués par téléphone auprès de jeunes habitant à Saint-Denis à la Réunion et d’un de leurs parents. Ils sont en effet en fin de cycle scolaire ou d’apprentissage, juste avant un engagement dans la vie active ou dans des études supérieures.

Le premier point à souligner est que ces jeunes, à quelques exceptions près, et certains malgré un parcours relativement chaotique, se déclarent tous plutôt heureux de leur situation actuelle et relativement optimistes concernant leur avenir. Ils perçoivent leur orientation réellement comme un parcours, souvent avec de multiples « rebondissements », des « crises » et parfois le sentiment d’un « trop tard ». Lors de ce parcours, la présence importante auprès d’eux, selon eux comme pour les parents rencontrés, est celle de leurs parents. Ce sont eux qui réellement font figure d’accompagnateurs et cet accompagnement ne se fait pas sur un mode autoritaire, mais sur le mode de l’échange de points de vue, de l’aide à la réflexion.

Parallèlement, selon les jeunes et les parents rencontrés, l’Éducation nationale ne joue pas le rôle attendu pour l’aide à l’orientation, sauf à quelques exceptions près et dans certaines filières. Les jeunes et leurs parents ne s’attendent pas forcément à ce que leur choix ne leur soit pas accordé, du moment qu’aucun discours clair n’a été tenu sur le sujet par le collège ou le lycée directement à l’intention des parents et à l’intention des jeunes. La perception est donc parfois, dans la filière professionnelle comme dans la filière générale ou technologique, que l’Éducation nationale doit remplir des classes et des écoles, bien souvent au détriment des souhaits des jeunes. Dernier point à souligner : une fois intégrées les filières professionnelles et technologiques, au bout de 2 à 4 ans, celles-ci sont en général particulièrement valorisées par les jeunes et leurs parents, comme un moyen d’arriver plus vite à l’age adulte, avec un métier « en poche », même si ce choix est parfois vécu comme difficile au départ. Enfin, tous les jeunes n’ont bien sûr pas vécu le même type de parcours. Nous avons repéré 4 types de parcours d’orientation.