Nouvelle Internationale n° 1 : Le gouvernement des travailleurs et des agriculteurs dans le monde, de 1945 à 1965 PDF

Afrikaner d’adoption, Hendrik Verwoerd est souvent qualifié de  grand architecte de l’apartheid . Le jeune Hendrik Verwoerd est alors imprégné du ressentiment des Afrikaners contre les Britanniques nouvelle Internationale n° 1 : Le gouvernement des travailleurs et des agriculteurs dans le monde, de 1945 à 1965 PDF la suite de la seconde guerre des Boers. En 1919, il poursuit des études supérieures en théologie, en psychologie et en philosophie à l’université de Stellenbosch. En 1924, âgé de 23 ans, il est diplômé d’un doctorat avec mention en philosophie et psychologie.


En Allemagne, il poursuit son cursus dans les universités de Hambourg, Leipzig et Berlin. En 1927, âgé de 26 ans, il revient à l’université de Stellenbosch pour enseigner la psychologie puis, à partir de 1931, la sociologie. Durant la grande dépression du début des années trente, il s’implique ainsi dans plusieurs activités sociales d’aide aux pauvres blancs. Parallèlement, il aborde également des thématiques raciales et ethniques par le prisme du nationalisme afrikaner. En 1937, Hendrik Verwoerd adhère au Parti national purifié de Daniel François Malan et devient membre du Broederbond. Bien que né en Europe, Verwoerd s’est complètement assimilé aux Afrikaners au milieu desquels il vit depuis son enfance.

Dans ses éditoriaux du Transvaler, Verwoerd s’affirme comme un ardent républicain, anti-impérialiste et un nationaliste. Pour Verwoerd, ce qui doit primer c’est l’unité des Afrikaners, quelle que soit leur condition sociale, riches ou pauvres. Ce que Verwoerd veut pour les Afrikaners, il le veut également pour les populations noires mais séparément des blancs. Selon le même principe, il estime que chaque groupe de population doit financer ses propres infrastructures et non celles des autres groupes. En 1939, Verwoerd prend position contre l’entrée en guerre de l’Afrique du Sud aux côtés des Alliés. Durant la Seconde Guerre mondiale, le Star, journal anglophone et libéral de Johannesburg, accuse le Transvaler et Verwoerd en particulier de sympathie pro-nazi. Lors des élections générales sud-africaines de 1948, Verwoerd est candidat au parlement dans la circonscription d’Alberton.

Il est battu alors que son parti gagne les élections. Il est alors nommé au Sénat. En fait, il y a autant de conceptions de l’apartheid que de membres du Parti national. Pour Verwoerd, le libéralisme basé sur la promotion de l’individu, qui a commencé à dominer l’Europe et les États-Unis, ne va pas accepter plus longtemps le maintien de la ségrégation traditionnelle jusque-là pratiquée dans plusieurs pays de la sphère occidentale.