Nous et l’Occident PDF

Edward Gibbon : Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain. Carte des Empires romains d’Orient et d’Occident en 476, à comparer à la précédente : nous et l’Occident PDF chute de l’Occident est perceptible, les Grandes invasions ont ravagé l’Ouest de l’Empire plus que Constantinople. Le caractère succinct des témoignages sur cette époque troublée explique en partie le grand nombre de théories développées, qui découle aussi de la variété des points de vue adoptés par les auteurs qui en ont traité.


Alexandre Zinoviev, né en 1922, est un des grands logiciens contemporains. Ses ouvrages et travaux scientifiques ont ouvert des perspectives nouvelles, notamment dans l’analyse critique des manifestations culturelles en rapport avec le langage. Pourtant, si Alexandre Zinoviev est connu aujourd’hui d’un très large public, ce n’est pas à la science mais à la littérature qu’il le doit. Hauteurs béantes, cette autopsie burlesque – autant que clinique, du totalitarisme dans son fonctionnement quotidien, allait valoir à son auteur les foudres de Moscou. Déjà libéré de ses fonctions à l’Université, privé de ses diplômes et exclu du parti communiste de l’U.R.S.S., Alexandre Zinoviev reçut un visa de sortie pour l’Allemagne fédérale où il avait été invité à diriger, à l’Université de Munich, un séminaire de logique. Parallèlement à son oeuvre littéraire, que composent à ce jour Hauteurs béantes, L’avenir radieux, Notes d’un veilleur de nuit et L’antichambre du paradis, Alexandre Zinoviev poursuit avec ses essais et chroniques une oeuvre de sociologue et de moraliste. A l’instar des grands écrivains russes qui, tous et toujours, ont accompagné leurs oeuvres de fiction d’une réflexion d’actualité sur leur pays, leurs vues du monde ou leurs considérations sur l’histoire. L’ensemble de textes groupés dans ce volume réunit sous le titre de Nous et l’Occident des essais extraits de ce livre et de Sans illusions.

Les principales théories sont regroupées ci-dessous en fonction du sens que leur auteur donne aux termes de déclin ou de fin de l’Empire romain. Romulus Augustule, le dernier des Empereurs romains d’Occident. Généralement, ces théories soutiennent que l’Empire romain aurait survécu indéfiniment si une combinaison de circonstances ne l’avait pas conduit à sa chute prématurée. Végèce formula une théorie selon laquelle l’Empire romain déclina à cause de son contact croissant avec les barbares, entraînant une  barbarisation  qu’il percevait comme moteur de dégradation. La léthargie, la complaisance et la mauvaise discipline qui en résultaient dans les légions font apparaître la chute de l’Empire comme un phénomène d’origine essentiellement militaire.

Carte géographique animée montrant la naissance, l’apogée et le déclin territorial de l’Empire romain entre -510 et 530. Les trente-cinq tribus du peuple romain, composées de guerriers, de magistrats et de législateurs, avaient entièrement disparu dans la masse commune du genre humain : elles étaient confondues avec des millions d habitants des provinces, et qui avaient reçu le nom de Romains, sans adopter le génie de cette nation si célèbre. La liberté n’était plus le partage que de ces troupes mercenaires, levées parmi les sujets et les barbares des frontières, qui souvent abusaient de leur indépendance. Une longue suite d’oppressions avait épuisé et découragé l’industrie du peuple. La discipline militaire, qui seule, après l’extinction de toute autre vertu, aurait été capable de soutenir l’état, était corrompue par l’ambition, ou relâchée par la faiblesse des empereurs. Le travail de Gibbon est remarquable pour ses notes et ses recherches, erratiques mais exhaustivement documentées.