Nemo T01 : Coeur de glace PDF

Bureau pénal, le service qui s’occupe des commissions d’office d’avocat en matière pénale nemo T01 : Coeur de glace PDF Paris, des gardes à vue, et des permanences pénales. Nous pouvons également être commis d’office à l’audience par le président de la juridiction.


Découvrez un nouveau chapitrede la Ligue des Gentlemen Extraordinaires ! Alan Moore et Kevin O’Neill vous proposent un conte à la croisée des univers de Jules Verne, de Lovecraftet d’Edgar Allan Poe. Quinze ans après la mort du Capitaine Nemo, sa fille lance une grande expédition dans l’Antarctique. Janni Dakkarva vivre un voyage périlleux jusqu’au bout du monde, espérant accomplir un exploit digne de son père. Mais elle est poursuivie par un trio d’aventuriers américains bien décidés à mettre la main sur des objets de valeurs !

Les permanences pénales couvrent deux types de permanence : les permanences mises en examen et les permanences comparutions immédiates. Paris, pour pouvoir être commis d’office ou volontaire pour les permanences et les gardes à vue, il faut avoir suivi une formation de six fois quatre heures, dispensée par un éminent confrère. Les permanence mise en examen est payée au dossier : environ 75 euros H. Les gardes à vue sont payées à l’intervention, 63 euros H. Le Conseil s’est ému de certains problèmes liés au fonctionnement du bureau pénal, problèmes que je ne connais pas et qui n’ont pas été détaillés.

J’ai cru comprendre qu’un certain copinage faisait que certains confrères étaient plus commis que les autres. La nouvelle me laisse pantois : vu les niveaux de rémunération, les choses sont claires : à Paris, un avocat ne peut pas vivre des commissions d’office. Le conseil de l’Ordre a décidé de veiller plus généralement à une répartition équitable entre les confrères volontaires des différentes permanences pénales dont l’accomplissement, traditionnellement destiné aux jeunes avocats, sera limité à une durée maximale de dix années, à une permanence par mois et au choix de deux modules maximum pour les permanences pénales avec obligation de suivre les ateliers de formation pratique ou spécifiques aux modules choisis. Mais quand je lis  l’accomplissement des permanences pénales sera limité à dix années , mon sang se glace.

Parce que cet couperet est au-dessus de ma tête, et je n’en comprends pas la raison. La seule justification est que les permanences seraient  traditionnellement destinées aux jeunes avocats . L’argument de la tradition est très fort dans la profession, mais en l’espèce, il ne me semble pas exact. Si ce sont les jeunes avocats qui s’occupent depuis toujours de la défense des plus démunis, c’est qu’ils en ont le temps, tout simplement.

Et je sais d’expérience que des avocats inscrits sur les listes depuis dix ans, et même depuis plus de cinq ans, il y en a peu. Mais je crois qu’ils, que nous devrais-je dire, apportons quelque chose : notre expérience. Combien de fois ai-je aidé un jeune confrère, empêtré dans un concours réel d’infraction, un conflit de qualification, une nullité de procédure qu’il n’arrivait pas à formuler, sans parler des questions de droit des étrangers qui se posent de manière récurrente à la 23e ? Que ce soit clair : ces permanences, je ne les fais pas pour l’argent. Aucun avocat installé ne les fait pour l’argent : on est financièrement perdant. Je les fais parce que j’aime ça, profondément, et que j’estime que les prévenus à la 23e doivent avoir aussi une chance de tomber sur un avocat expérimenté.