Minnie – Mes belles histoires PDF

Archétype de la femme fatale au cinéma, elle fut surnommée  la plus belle femme minnie – Mes belles histoires PDF monde . Ava Gardner naît le soir de Noël 1922. Elle est la plus jeune des sept enfants de Mary Elizabeth Baker et Jonas Bailey Gardner, des fermiers exploitants de plantations de tabac.


Minnie est une véritable amie ! Elle peut donner des cours de pâtisserie ou trouver le n ud papillon qui convient à chacun ou encore aider une gentille grenouille qui s’ennuie. Retrouve vite Minnie dans trois nouvelles aventures, accompagnée par Mickey et tous ses amis.

Elle fait ses études à l’Atlantic City Christian College de Wilson en Caroline du Nord et suit des cours de sténo-dactylo. Pendant une jeunesse pauvre et studieuse à Grabtown, Brogden, Newport News et Wilson, elle fait de fréquents passages à New York chez sa sœur aînée Beatrice, surnommée Bappie, mariée à un photographe professionnel, Larry Tarr. Impressionné par la beauté de la jeune fille, alors âgée de 18 ans, il prend des centaines de photos d’elle et les expose dans les vitrines de son studio de photos. Photographie promotionnelle d’Ava Gardner dans les années 1940. Handicapée par un terrible accent du terroir, elle doit se contenter pour commencer, de séries de photos de pin-up et de petits rôles dans des films mineurs où elle apprend son métier. La jeune femme n’est même pas créditée dans les 14 films où elle figure de 1942 à 1943. Pendant cette période, Ava Gardner rencontre sur les plateaux de la MGM, Mickey Rooney, jeune acteur chevronné de la MGM et acteur populaire de la série des Andy Hardy.

Le champion du box office lui fait découvrir le tout Hollywood et ne la quitte plus. Elle sort temporairement de l’ombre quand elle l’épouse, avec le consentement de Louis B. Mayer le grand patron de la MGM. Le mariage a lieu, organisé simplement par le studio, le 10 janvier 1942 à Ballard.

Alors que les gens se sont beaucoup demandé si le fait d’être mariée à Mickey ne m’avait pas aidée à décrocher ma première série de figurations, je dois à la stricte vérité de dire qu’être Mme Rooney à la ville n’a en rien contribué à me propulser au firmament des étoiles. Elle rencontre par la suite le multimilliardaire Howard Hughes qui la courtise et la poursuivra de ses assiduités pendant de longues années, allant même jusqu’à l’espionner en la faisant suivre par ses sbires et mettre sur écoutes. Elle ne se préoccupe guère de ces  filatures  et refusera toujours ses avances et demandes en mariage tout en conservant son amitié. Après quelque temps, elle fait un deuxième mariage avec le musicien Artie Shaw en 1945, mais le mariage est un nouvel échec et ils divorcent un an plus tard. Bien qu’ils se soient quittés en bons termes, ce mariage fit beaucoup de mal à l’actrice, à cause des critiques et du cynisme de Shaw. La MGM lui donne enfin sa chance en 1946, pour commencer avec Tragique rendez-vous où elle donne la réplique, dans son premier grand rôle, à George Raft mais c’est surtout dans Les Tueurs que le papillon sort de sa chrysalide. Beaucoup de gens m’ont affirmé par la suite que mon image et ma carrière de star se sont dessinées dans Les Tueurs, où je me suis imposée en sirène fatale aux hanches ondulantes et au décolleté vertigineux, capable de flanquer le feu à la planète en restant adossée contre un piano.

Sa carrière a encore du mal à démarrer. Pourtant, très vite, son nom devient synonyme de sex-appeal : peu importe si elle joue mal ou ne joue pas, elle n’a qu’à paraître, cela suffit :  Dans un film médiocre ou dans d’autres meilleurs mais qui ne prenaient nullement la peine de l’intégrer à l’intrigue et d’étoffer son personnage, elle affirmait royalement sa présence. La MGM profite de son succès, tout en la  prêtant  à d’autres compagnies de cinéma. Le studio utilise le côté torride de l’actrice, elle joue avec l’idole de sa jeunesse, Clark Gable qui a insisté pour l’avoir comme partenaire dans Marchands d’illusions. Howard Hughes fait toujours partie des prétendants d’Ava Gardner. Elle a également des liaisons avec Howard Duff ou encore Robert Taylor. C’est à cette période qu’elle tombe amoureuse de Frank Sinatra, alors marié à sa première épouse Nancy.

Après deux ans d’absence vient le temps des grands rôles pour Ava Gardner. George Sidney la réclame pour le très beau rôle de Julie Laverne, prévu en premier lieu pour Judy Garland, dans le film musical Show Boat. Dans ce film, l’actrice est doublée lorsque son personnage chante Can’t Help Loving that Man. C’est Annette Warren qui est choisie pour le doublage. Son film suivant, Les Neiges du Kilimandjaro, lui apporte la renommée internationale. En 1951, elle enchaîne avec trois films qui seront tous d’immenses succès. Tout d’abord avec un film d’aventures chevaleresque, modèle du genre, Les Chevaliers de la Table ronde, tourné à Londres avec Robert Taylor.

Cependant, le tournage est difficile pour elle car elle subit deux avortements. Le premier, pendant le tournage :  Je ne pouvais pas avoir un bébé dans ces conditions. Ma grossesse commençait à être visible bien avant la fin du tournage, et je devais donc informer John Ford avant toute chose. J’ai estimé que le moment était mal venu pour avoir un enfant. Le second, à la toute fin du tournage, et cette fois-ci Frank Sinatra était au courant et en fut très attristé. Aussi longtemps que je vivrai, je n’oublierai pas mon réveil après l’intervention, quand j’ai vu Frank assis à mon chevet, les yeux pleins de larmes. Mais je pense que j’ai bien fait.