Les miracles eucharistiques dans le monde PDF

Un miracle désigne un fait extraordinaire, dépourvu d’explication scientifique, qui est alors vu comme surnaturel et les miracles eucharistiques dans le monde PDF à une puissance divine. Il est accompli soit directement, soit par l’intermédiaire d’un serviteur de cette divinité. La science ne connaît que des phénomènes inexpliqués, c’est-à-dire non encore élucidés en l’état actuel du savoir.


Le premier miracle eucharistique, le plus grand et le plus discret en même temps, le plus répandu et, hélas, le plus souvent banalisé ou ignoré, c’est celui par lequel Notre Seigneur Jésus Christ se rend réellement présent et accessible sous les espèces du pain et du vin lors de chaque célébration du Sacrifice de la Messe. Cette présence réelle du Christ ressuscité dans l’hostie, il est arrivé qu’elle se manifeste d’une manière plus sensible à l’occasion de faits miraculeux ou prodigieux, dont beaucoup ont été attestés et vérifiés par de multiples témoins. Cet ouvrage présente les récits de quelques cent trente-deux miracles eucharistiques survenus dans le monde entier. Tous ont été reconnus par les évêques du lieu où ils se sont produits. On sait qu’en la matière, l’Eglise est traditionnellement très exigeante sur les preuves et sévère sur la qualité des témoignages. Cette prudence ne fait qu’ajouter à l’intérêt de ces récits et de ces documents. Les miracles ne sont pas « de foi ». On peut être chrétien sans croire aux apparitions. Cependant, ils « sont » et se proposent à la foi et à la raison. Ce serait grande présomption d’écarter d’un revers de la main ou de se détourner de ces signes donnés à ceux qui veulent bien les regarder avec une intelligence authentiquement libre, humble et disponible pour une rencontre de grâce et d’enrichissement spirituel. Ce très beau livre abondamment illustré est une occasion exceptionnelle de redécouvrir et d’approfondir le mystère inépuisable de la Présence réelle du Christ dans l’Eucharistie.

Les historiens, qui se situent du côté de la science, réfutent le concept de surnaturel pour expliquer quelque événement que ce soit. Leur approche est celle que définit Ernest Renan :  C’est au nom d’une constante expérience que nous bannissons le miracle de l’Histoire. Par là même, la lecture historico-critique des textes religieux, en particulier de la Bible, diffère fondamentalement de l’exégèse des mêmes textes, qui recherche une signification théologique tout en acceptant la notion de miracle. Mieux encore, pour l’exégète, le miracle est avant tout porteur d’une signification. Ces signes, qui expriment la volonté divine, se manifestent dès le commencement de l’histoire du peuple d’Israël, qu’il s’agisse de la substitution du bélier lors de la ligature d’Isaac ou de la voix de YHWH dans l’épisode du Buisson ardent.

Un miracle, dans la Bible hébraïque, peut également faire office de châtiment divin, comme le Déluge ou les plaies d’Égypte. Article détaillé : Miracles dans le Nouveau Testament. Les premiers miracles du christianisme ont été accomplis par Jésus-Christ et, plus rarement, par les apôtres. Les miracles des Évangiles, tels que la résurrection de Lazare ou la multiplication des pains, sont les plus familiers aux chrétiens. Pluie de sang en Provence, juillet 1608. Le thème de l’hostie ensanglantée, qui a pour fonction catéchétique de prouver la présence réelle du Christ dans l’eucharistie, se double d’un second thème, omniprésent au Moyen Âge : celui de la profanation. Tout aussi fréquent est le miracle des apparitions surnaturelles, celles des anges, des saints mais surtout de Marie, qui commence aux premiers siècles du christianisme, se développe au Moyen Âge et se poursuit jusqu’à nos jours – à cette nuance près que le protestantisme récuse ce type de prodige.

Pour pouvoir parler de miracle selon le catholicisme, il faut en principe démontrer que le phénomène extraordinaire constaté a eu un effet conforme au dessein de Dieu. Le miracle se caractérise avant tout par son rapport à l’avancement de la foi : si l’effet a été positif, il est possible de parler de miracle. Voici les miracles qui accompagneront Ceux qui auront cru Le Seigneur travaillait avec eux, Et confirmait la Parole par les miracles qui l’accompagnaient. Les guérisons, les succès professionnels ou scolaires, la naissance d’un enfant après plusieurs tentatives, l’obtention d’un visa pour l’étranger, etc. Si la guérison est instantanée, on parlera de miracle.

Avec une manifestation plus tardive, c’est le mot guérison qui prendra plus de sens. Le plus grand des miracles est celui expliqué par Jésus en Jn 3:3 : la nouvelle naissance. Dans le monde musulman, la venue du Coran sur terre est un miracle, ou bien encore le voyage nocturne de Mahomet. La population sikhe a tendance à croire aux miracles comme aux rituels de bonne fortune. Dans les deux cas, une explication scientifique est largement accessoire. Le miracle vient  d’en haut , alors que le prodige vient d’en bas.