Le Temple de Jérusalem, d’après les travaux des archéologues modernes PDF

QUELQUES ARTICLES ISLAMOLOGIQUES DISPONIBLES SUR ACADEMIA. Où donc sont passés les « polythéistes le Temple de Jérusalem, d’après les travaux des archéologues modernes PDF’avant l’islam »?


Le Temple de Jérusalem, d’après les travaux des archéologues modernes, par J. Herrmann,…
Date de l’édition originale : 1882

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Ex-éditorial : faut-il s’étonner de la volonté expansionniste islamique ? Les « esséniens » ne sont plus à Qumrân. Qui sont les chrétiens du Coran ? QUELQUES ARTICLES ISLAMOLOGIQUES DISPONIBLES SUR LE ACADEMIA. Idem,            Ist der Qur’ān in Mekka oder Medina entstanden? Tommaso Tesei, Uri Rubin, « Qur’ānic Aspects of Jewish Messianism. The Case of Q 17:103-104 and Q 7:159 ».

Lecture at the Van Leer Jerusalem Institute, July 13th 2014, Jerusalem. Il est impossible de présenter ce livre sans le situer dans son contexte. C’est tardivement qu’il s’est intéressé au Coran. Nous devrons donc regarder la traduction de 2008 à la lumière de l’étude parue en 2005 et également de la recension que l’auteur lui-même en a faite en 2008. Qui sont les nazaréens du Coran ?

Jésus : Prenez-moi et ma mère pour deux divinités en dehors de Dieu ? L’impasse serait de considérer que le texte coranique désigne ici Marie, mère de Jésus, car il n’y a pas le moindre indice nulle part de l’existence d’un groupe qui ait jamais divinisé Marie. Voilà qui expliquerait pourquoi le Coran s’en prend de mille façons à la foi chrétienne. L’auteur défend l’idée du grand flou qui entourerait les débuts de tout phénomène religieux.

Entre ces deux extrêmes, n’existe-t-il pas une autre approche possible ? Tout historien rencontre une difficulté avec le matériel islamologique, en ceci qu’on ne peut pas s’appuyer sur les hadith-s avant de comprendre pourquoi et comment ils ont été fabriqués, et il en est de même pour la Sîrah ou biographie de Muhammad composée deux siècles après les faits supposés. Alfred-Louis de Prémare l’a montré mieux que quiconque. On ne fait pas d’histoire en négligeant des documents aussi importants.