Le bonheur d’être protestant PDF

David Wark Griffith, plus connu sous le nom D. Trouvant l’équivalent au cinéma le bonheur d’être protestant PDF don d’ubiquité de la littérature, il a notamment fait évoluer l’écriture des scénarios, permettant aux cinéastes de faire des films de plus en plus longs.


Au printemps de ma soixante-dixième année, un coup de colère salvateur m’a amené à dire Non à l’Église qui était la mienne depuis mon baptême. Non, décidément, ce n’était plus possible… Dans cette Église-là, j’étouffais… Tout un été, j’ai pris le temps de la réflexion et de la prière et la décision s’est formée peu à peu d’elle-même, comme un fruit mûr qui tombe de la branche : devenir protestant ! Pourtant, le Concile de mes vingt ans avait vraiment représenté pour moi le « printemps de l’Église », en même temps que celui de ma foi chrétienne : oui, finalement, il devenait possible d’être chrétien au sein de l’Église romaine. Mais les reculades de ces dernières décennies ont fini par avoir raison de mon espérance : je ne pouvais plus faire semblant d’être catholique. Je suis allé frapper à la porte d’une paroisse réformée… Une autre histoire commençait. Je n’écris pas un livre contre qui que ce soit. Mon but n’est pas de détruire, de critiquer, de honnir. Ce qui m’importe aujourd’hui, … c’est l’épanouissement de la foi que j’ai trouvé au sein du protestantisme ! (Extrait de l’avant-propos)

Son père, surnommé  Roaring Jake , était un colonel de l’Armée des États confédérés, un héros de la guerre de Sécession et un législateur du Kentucky. Il épouse Linda Arvidson en 1906. Vers 1907, il propose des sujets de films aux maisons de production basées à New York, mais il est d’abord engagé comme acteur, pour jouer le rôle du père dans Rescued From an Eagle’s Nest d’Edwin Stanton Porter et J. Il a remarqué comment les cinéastes anglais ont inventé le découpage, à la fois du temps et de l’espace, et comment ils se sont affranchis du statisme de la photographie qui, en 1908, est la règle d’un art qui se cherche encore. Pourtant, dès son premier film, Griffith fait un coup de maître. Les Aventures de Dollie va changer la technique de narration du cinéma.

Le film est structuré avec habileté en scènes qui alternent l’une avec l’autre, laissant supposer que la première action se continue pendant que l’on voit la seconde. De 1908 à 1913, Griffith tourne plus de 400 films courts pour la Biograph company. Griffith soit le premier à avoir tourné un film dans le village d’Hollywood, bien avant l’arrivée des studios. Mais son apport fondamental au cinéma reste bien l’importation et l’adaptation au langage filmique de la technique des récits alternés, qui est à la base du roman. Sadoul conteste avec raison les allégations assez opportunistes de l’historien du cinéma Jean Mitry qui, invité à un colloque sur Griffith, lui attribue l’invention de pratiquement tous les éléments du langage du cinéma, et notamment la découverte de  l’échelle des plans .

On chercherait pourtant en vain dans tous les one reel réalisés par le cinéaste, de 1908 à 1911, la présence de plans serrés, et plus particulièrement de gros plans. Pour qu’enfin Griffith introduise des gros plans dans ses films, il faut attendre 1911. Naissance d’une nation sa réputation de perfection dans l’expression des visages, malgré un sujet très contestable. Alors que les premiers longs métrages font leur apparition dans le cinéma américain, Griffith tente de convaincre la Biograph de produire des films plus longs. La Biograph veut découper le film en quatre épisodes distribués séparément.

Il ne sort finalement qu’en mars 1914. La Biograph souhaite dorénavant confier la réalisation de films à grands spectacles à des metteurs en scène de théâtre confirmés, Griffith étant confiné aux one reel movies. Griffith tente son va-tout : il fait irruption dans le bureau du président de la société, J. En quelques mois de l’année 1914, il met en scène plusieurs films de près d’une heure. Ces films exigent non seulement des budgets plus élevés mais aussi des synopsis plus ambitieux et mieux structurés. Par sa connaissance des ressorts narratifs, élaborée durant près de sept années, Griffith contribue à l’avènement des films de long-métrage. Griffith est né au Kentucky, cet État situé entre le Nord et le Sud profond.