Le Bien et le Mal : La religion et la morale PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Cet article le Bien et le Mal : La religion et la morale PDF une ébauche concernant la philosophie.


La question du bien et du mal se pose à chacun, dès le plus jeune âge. Pas étonnant qu’elle se pose également dans toutes les cultures et les religions. Elle permet aux hommes de se remettre en question, de réfléchir à leurs choix, de vivre ensemble. Mais il est parfois difficile d’y répondre. Si certains principes religieux semblent évidents et universels – ne pas tuer, ne pas voler, ne pas tromper -, d’autres paraissent plus étranges : pourquoi les chrétiens purifient-ils avec de l’eau bénite un bébé qui n’a encore rien fait de mal ? Pourquoi les juifs ou les musulmans ne peuvent-ils manger de porc ? Faut-il toujours agir comme le dicte Dieu ? Et s’il veut tant qu’on fasse le bien, pourquoi permet-il au Mal d’exister ? L’homme, la femme, Dieu ou le diable : cherchez le coupable !

Par-delà le bien et le mal. Le titre fut traduit en Par-delà le bien et le mal par Henri Albert. Le livre paraît après Ainsi parla Zarathoustra et avant la Généalogie de la morale,  qui complète et éclaire  Par-delà le bien et le mal. Il comporte une préface, neuf parties et un postlude, Du haut des monts, qui est un poème. Nietzsche écrivit Par delà le Bien et le Mal pendant l’été de 1885 à Sils-Maria et pendant l’hiver suivant à Nice : à la fin de 1886, l’ouvrage était terminé. L’épilogue Sur les hautes Montagnes a été composé, à l’exception des deux strophes finales, ajoutées seulement en 1885 ou 1886, en automne de l’année 1884.

Ce poème devait primitivement prendre place, probablement sous le titre de Le Désir du Solitaire, dans un recueil de vers que l’auteur projetait alors. La première édition de Par delà le Bien et le Mal fut imprimée de mai à juillet 1886 chez C. Naumann à Leipzig et mise en vente au mois d’août. Le même éditeur publia une deuxième édition en mai 1891, une troisième en juillet 1893, une quatrième en mai 1894. Par delà le bien et le mal, traduction par L.

Par delà le bien et le mal, Prélude d’une philosophie de l’avenir, traduction par Henri Albert, Œuvres complètes de Frédéric Nietzsche, vol. Au-delà du bien et du mal, édition Bordas, collection « Les Grands Maîtres », traduction par André Meyer et René Guast, préface Daniel Halévy, illustration et annotation André Meyer, 1948. Par-delà le bien et le mal, traduction de Geneviève Bianquis, Aubier, 1951. Montinari, traduction de Cornélius Heim, Gallimard, 1971. Par-delà le bien et le mal, présentation et traduction d’Angèle Kremer-Marietti, Marabout 1975.

Par-delà le bien et le mal, traduction par Henri Albert revue par Marc Sautet, Le Livre de Poche, 1991. Par-delà bien et mal, traduction inédite, présentation, notes, bibliographie et index par Patrick Wotling, Garnier-Flammarion, 2000. Pierre Héber-Suffrin, Une lecture de Par-delà le bien et le mal : Anciennes et nouvelles valeurs chez Nietzsche, Ellipses, 1999. Patrick Wotling, La Pensée du sous-sol. Statut et structure de la psychologie dans la philosophie de Nietzsche, Éditions Allia, 1999. Historischer und kritischer Kommentar zu Friedrich Nietzsches Werken, Bd. Le texte de cette section est issu des notes de la traduction d’Henri Albert.