La tache du chat PDF

Représentation du chat datant de l’Antiquité égyptienne. L’histoire du chat la tache du chat PDF celle de l’Homme autour de 7500 à 7000 av. Il se voit ensuite attribuer le nom de qato en syriaque.


Une tache de rien du tout, les parents savent bien que ça part au lavage. Ce qu’ils ne savent peut-être pas, c’est ce que devient cette tache, une fois qu’elle a quitté le vêtement. Les aventures d’une petite tache très attachante !

Brehm désigne le chat domestique comme Felis maniculata domestica. Il n’en reste que de rares fossiles dans l’hémisphère nord. Pendant l’oligocène, les félidés se répartissent en deux sous-familles. La première était de la classe des Nimravidae, et la deuxième de la classe des Felidae. C’est dans cette classe que l’on trouve l’ancêtre commun des félidés actuels, le proailurus.

C’est à cette époque qu’apparurent les félidés aux longues canines, qui vécurent jusqu’à il y a 10 000 ans av. L’expansion du chat à travers le monde. Les premières découvertes paléontologiques situaient les premiers foyers de domestication du chat en Égypte, vers 2000 av. L’étude menée par Carlos Driscoll sur l’ADN mitochondrial de 979 chats a permis de déterminer l’origine probable du chat domestique : c’est dans le Croissant fertile que félins et hommes auraient noué contact. Article détaillé : Chat dans l’Égypte antique. Dans les cours d’Égypte, le chat était déifié, cette tendance à vénérer les animaux se trouvait déjà dans l’ancienne Égypte.

Même s’il était encore à cette époque imparfaitement apprivoisé, il se montrait au moins plus docile. La première consécration pour le chat interviendra lorsque la déesse Bastet, symbole de la fécondité et de la beauté, fut représentée avec une tête de chat. La déesse symbolisait la lumière, la chaleur et l’énergie solaire, mais aussi, sous ses traits félins, représentait le mystère, la nuit et la lune. On peut donc comprendre que les lois du pharaon imposaient une protection rigoureuse des chats. Quiconque tuait un de ces petits félins, risquait la peine de mort. Les pharaons tenaient également pour sacré les serpents, les vaches et les poissons, mais le chat demeura toutefois l’animal sacré d’entre tous. On transmettait de père en fils le culte et le souci du bien-être du chat.

Le respect des Égyptiens envers le chat était tellement grand que l’on rapporte qu’en 525 av. Le culte de Bastet commença à décliner progressivement à partir de 350 av. 390 sous l’ordre d’un décret impérial. Selon la légende, les Égyptiens refusaient les requêtes pressantes des Grecs de faire commerces des chats, qu’ils vénéraient comme des dieux. Les Grecs décidèrent alors de voler les chats et récupérèrent six couples au moins et les ramenèrent en Grèce.