La Messe dans l’histoire PDF

Elle implique ainsi une croyance aux entités démoniaques et est la principale cérémonie du satanisme théiste, intellectuel et élitiste. La messe noire ne peut être assimilée à un service cultuel honorant le Diable, du moins au XVIIe siècle où elle est un prolongement théâtralisé et dramatique de la magie la Messe dans l’histoire PDF. Un des moyens de les combattre sera de souligner leurs rites, jugés non conformes au dogme catholique, et plus grave, bafouant les deux premiers commandements divins.


Au Moyen-Âge, on assiste à des parodies profanes de rituels sacrés, plus ou moins acceptées par l’Église. Goliards singent les processions religieuses,  mangent du boudin noir sur l’autel lui-même alors que le célébrant dit la messe. Ils jouent aux dés sur l’autel. Ils encensent avec de la fumée puante provenant de semelles de vieilles chaussures. Ces actes se retrouvent dans les Fêtes des Fous où l’évêque prononce une bénédiction pour donner des maladies, accompagné de chants et de tenues obscènes. Par ailleurs, l’intégration dans les rites de messes privées ou votives, à caractère secret et partant  ésotérique , a pu engendrer la suspicion dans l’esprit commun.

Les hérésies médiévales sont elles aussi accusées de perversion des rites. Il n’est fait nulle mention de messe. On n’eût pas manqué de demander aux nombreux Templiers qu’on tortura s’ils avaient ou non célébré des messes noires : l’absence de cette question prouve assez qu’on ignorait alors cette sorte de magie criminelle. Le rite profanatoire, comme la sorcellerie magique et l’attention des inquisiteurs, quitte au XVe siècle le champ de l’hérésie pour celui de la démonomanie.

Les stéréotypes de la messe noire se précisent avec le procès de Gilles de Rais, en 1440, où il est accusé, outre de viols et meurtres d’enfants, d’hérésie, invocations et pactes démoniaques. France aurait conclu un pacte diabolique pour obtenir puissance et richesse. Nulle mention, encore, de messe inversée ou satanique, mais de rites magiques et d’offices religieux à destination détournée. Quelquefois encore, on dit la messe au sabbat. Puis le Diable urine dans un trou avant d’asperger les assistants à l’aide d’un goupillon noir. L’officiant est parfois même décrit, ou plutôt naïvement imaginé, se tenant sur les mains, littéralement inversé.