La matrice du mythe PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Un simulacre désigne une apparence qui ne renvoie à aucune réalité sous-jacente, et prétend valoir pour cette réalité elle-la matrice du mythe PDF. Cette réflexion sur le simulacre a été reprise et approfondie par Jean Baudrillard. Dissimuler est feindre de ne pas avoir ce qu’on a.


Simuler est feindre d’avoir ce qu’on n’a pas. L’un renvoie à une présence, l’autre à une absence. Mais la chose est plus compliquée, car simuler n’est pas feindre: Celui qui feint une maladie peut simplement se mettre au lit et faire croire qu’il est malade. Celui qui simule une maladie en détermine en soi quelques symptômes. Pour un approfondissement et une illustration des notions de simulation et de simulacre, voir l’article Simulacres et simulation.

Stoichita, anthropologue de l’art, aborde la question du simulacre à travers une investigation dans l’histoire de l’art et à partir du mythe fondateur de Pygmalion. Le Sophiste, Paris, GF-Flammarion, 1993, p. Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Galilée, Paris, 1981, p. Jean Baudrillard, Simulacres et simulation, Galilée, Paris, 1981, 233 p.

Gilles Deleuze, Logique du sens, Édition du minuit, Paris, 1969, 392 p. Stichting Kunstboek, Oostkamp, 2009, 108 p. Jean-François Mattéi, L’étranger et le simulacre : essai sur la fondation de l’ontologie platonicienne, Presses universitaires de France, Paris, 1983, 573 p. Pour une anthropologie historique des simulacres, Genève, Droz, 2008. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 8 septembre 2018 à 15:37. Antoine-Denis Chaudet, Œdipe enfant rappelé à la vie par le berger Phorbas qui l’a détaché de l’arbre, 1801. Ainsi, selon Freud, le fait qu’un garçon, de façon inconsciente, soit amoureux de sa mère et désire tuer son père, répond à l’impératif du complexe d’Œdipe. Freud fait du complexe d’Œdipe le pivot de sa théorie pulsionnelle et méta-psychologique, devenant ainsi le concept-clé de la psychanalyse et de ses courants dérivés. Le concept de complexe d’Œdipe a motivé nombre de critiques de différentes natures, internes à la psychanalyse comme issues d’autres disciplines.

Ces critiques se concentrent essentiellement en deux points : d’une part la remise en cause de l’universalité du complexe, et d’autre part la contestation de son existence même. Gustave Moreau, Œdipe et le sphinx, 1864. Sophocle dans la tragédie Œdipe roi principalement. Le rêve est enraciné dans les désirs infantiles. Dès ce texte, il se réfère explicitement à la tragédie grecque. Dans la mythologie grecque, Œdipe est le fils de Laïos et de Jocaste, souverains de la ville de Thèbes.

Un oracle prédit à Laïos que son fils le tuera et épousera sa mère. Effrayé, Laïos décide d’abandonner Œdipe dans la montagne. En 1905 Freud publie Trois Essais sur la théorie de la sexualité, ouvrage fondateur de la psychanalyse. Freud définit tout d’abord la libido comme l’énergie sexuelle aux fondements de la dynamique psychique qui tend à se projeter sur un objet extérieur. Il pose donc que la réalité de la sexualité infantile est induite par la mère, et que la tétée est le premier rapport sexuel.

Freud continue de développer sa théorie en expliquant que la libido donne naissance à des perversions sexuelles diverses lorsque le schéma originel œdipien subit des altérations. En 1909, un autre cas d’analyse, célèbre dans la littérature psychanalytique, permet à Freud de valider sa conception du complexe. Le cas dit du  petit Hans  — de son vrai nom Herbert Graf — suit en effet fidèlement le schéma dramatique œdipien. La notion est l’invention de deux autres psychanalystes officiant à Zurich, Carl Gustav Jung et Franz Riklin. Freud l’utilise ainsi pour décrire ce qui est pour lui le principal complexe psychique humain, celui qui est constitué dans les premiers temps de vie, en fonction de ses parents : le  complexe nucléaire .

En 1920, il ajoutera une note dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité : On dit à juste titre que le complexe d’Œdipe est le complexe nucléaire des névroses et constitue l’élément essentiel de leur contenu. En lui culmine la sexualité infantile, laquelle influence de façon décisive la sexualité de l’adulte par ses effets ultérieurs. Freud et celui-ci s’attache à en étudier l’universalité, dans l’ouvrage Totem et Tabou. Le complexe serait donc transmis de génération en génération et avec lui le sentiment de culpabilité associé.