L’Iran, la bombe et la démission des nations PDF

Ce blog veut être celui de la liberté de la parole et de la confrontation des idées. Je me propose d’évoquer à chaud et succinctement, un l’Iran, la bombe et la démission des nations PDF d’actualité, une déclaration intéressante, ou un événement appelant un éclairage, une remarque.


L’Iran a engagé avec la communauté internationale une dangereuse partie de poker nucléaire. Téhéran n’entend pas céder aux injonctions lui intimant de cesser les activités dissimulées aux inspecteurs
internationaux pendant dix-huit ans. Mais au printemps 2006, les connaissances acquises sur les activités iraniennes ne laissent plus planer de doute sur les ambitions militaires de Téhéran. Chacun se trouve donc désormais au pied du mur. L’Iran tout
d’abord, qui pense peut-être à tort pouvoir l’emporter dans une épreuve de force. Les Européens ensuite, qui doivent montrer que le multilatéralisme n’est pas une façon de remettre à toujours plus tard les décisions. La Russie, qui doit faire un choix clair en faveur de la non-prolifération. Quant aux Etats-Unis, il leur faudra adopter une politique qui réponde à la violation par l’Iran de ses engagements internationaux. Téhéran dispose certes
d’une importante capacité de nuisance en Irak, au Liban, et sur le marché du pétrole. Mais qu’en serait-il si Téhéran avait en outre l’arme nucléaire ? Telle est la question. Une analyse édifiante qui pose la question de la stabilité mondiale.

Je m’autorise à être subjectif, anecdotique, rapide. Il est loisible de débattre à partir de ces thèmes et sujets, ou d’autres que les lecteurs peuvent choisir. Car ce blog a pour objectif d’être un lieu d’échanges. Il doit annoncer, tout de suite, l’abandon des taxes supplémentaires sur le carburant prévues au 1 er janvier. Le geste d’apaisement aurait même dû intervenir dès ce lundi matin. Malesherbes, des éléments de l’ultragauche ayant pris possession de la voie abandonnée par les forces de l’ordre. Ici, trois personnes auront suffi à construire un barrage.

De fait, la capitale s’est révélée vulnérable, proie facile de commandos organisés. Et pourquoi la France devrait se coucher devant une poignée de casseurs ? La fermeté oui, et on continue les réformes. Honte d’être Français à cause de ces GJ. Les ultras, de droite, de gauche et des cités, ont largement contribués aux saccages et aux pillages. Est-il vraiment nécessaire d’évoquer de mystérieux  ultras de droite  -à supposer même qu’il y en ait eu – qui manifestement ne représentaient pas la majorité de l’espèce des casseurs, pour donner dans la symétrie par rapport à des ultras nombreux qui eux étaient bel et bien marqués à gauche ? La Marseille est partout chantée, le drapeau bleu.