L’Enfer de la Bibliothèque Nationale, tome 4 : Oeuvres anonymes du XVIIIe siècle, volume 2 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Le Requiem a suscité de nombreuses légendes, tant du fait des circonstances insolites de sa commande que de la difficulté de distinguer exactement ce qui était de la main de Mozart et ce qui ne l’était pas. Les cinq premières mesures du Lacrimosa dans la  partition l’Enfer de la Bibliothèque Nationale, tome 4 : Oeuvres anonymes du XVIIIe siècle, volume 2 PDF travail . En haut à gauche, les parties des cordes de l’introduction, en bas à droite le début de la phrase vocale et du continuo, tous deux de la main de Mozart.


En haut à droite, la note de donation d’Eybler pour  le dernier manuscrit de Mozart  à la k. Derniers mots de la main de Mozart sur le manuscrit original du Requiem. On dénombre ainsi toute une suite de fragments de Kyrie datés de 1787 à 1791. Au cours de l’année 1791, Mozart reçut la commande d’un Requiem de la part de plusieurs intermédiaires anonymes, agissant pour l’excentrique comte Franz de Walsegg. La moitié de la récompense était jointe à la commande.