L’Astrée. Deuxième partie. Édition critique établie sous la direction de Delphine Denis. PDF

L’Astrée est un roman pastoral, publié de 1607 à 1627, par Honoré d’Urfé. Aujourd’hui encore, cette œuvre extraordinaire est rééditée régulièrement, que ce soit dans des éditions intégrales, dans un format livre de poche ou même en bande dessinée. Il est difficile, voire impossible, d’établir une sorte de résumé de L’Astrée, car ce livre n’est pas qualifié sans raison de roman-fleuve ou d’œuvre à l’Astrée. Deuxième partie. Édition critique établie sous la direction de Delphine Denis. PDF. Il est constitué de 5 parties, de 40 histoires, de 60 livres et de 5399 pages.


Un siècle après lArcadia de Sannazar (1504), LAstrée marque lachèvement de la conquête de lantique fable pastorale par les littératures européennes en langues vulgaires : paru entre 1607 et 1628, le roman dHonoré dUrfé est le dernier des grands chefs-duvre nourris de la veine des histoires de bergers. Mais la narration des amours de Céladon et Astrée dans la Gaule du Ve siècle inaugure aussi une nouvelle époque de la littérature française. Premier des grands récits publiés au moment où la France répare les plaies nées des guerres de Religion, luvre est très vite apparue comme une étape décisive dans lart du roman, en même temps que, par sa philosophie de « lhonnête amitié », elle sest imposée à ses lecteurs comme une référence commune, offrant ainsi la mémoire littéraire des manières de sentir et daimer de lâge classique. Le présent volume livre le texte de la deuxième des cinq parties de LAstrée, précédé dune introduction qui en dégage la tonalité originale : le monde de la pastorale senrichit ici dune nouvelle matière historique, élargie aux dimensions de lEmpire romain finissant.

Gaule des druides et dans la plaine du Forez arrosée par le Lignon, le jeune berger Céladon aime une bergère, Astrée. Celle-ci, qui croit à tort son amant infidèle, le chasse de sa vue. Désespéré, le jeune homme se jette dans les eaux du fleuve. Polémas pour obtenir la main de la princesse Galathée, laquelle doit succéder sur le trône à sa mère, reine de la contrée. Il faudra toutes sortes de péripéties et une guerre pour que l’ambitieux soit éliminé, la princesse rendue à son premier  serviteur , le beau Lindamor, et la paix restaurée dans la vallée du Lignon.

L’apparente fierté de l’auteur du texte précédent vient probablement du fait qu’il fut lui-même habitant de la région décrite, et ce dans le château Renaissance de la Bastie d’Urfé, construit par son grand-père, Claude d’Urfé. L’Astrée a tellement marqué les esprits, que dans le Forez, autour de Boën, s’est créée la Communauté de communes du Pays d’Astrée. Avec un tel personnage principal, l’Astrée est une prolifique synthèse des mythes fondateurs de l’Europe ou la recherche d’une certaine éthique, les thèmes de la justice et de la paix font de cette œuvre une vision du monde toujours contemporaine. D’Urfé, Pastorale allégorique avec la clé. Pierre Witte et Didot à Paris en 1733, illustré de 12 estampes par volume, gravées sur cuivre d’après Gravelot pour la plupart. 2005 – 2014 : par Eglal Henein, professeur émérite de l’université Tufts, aux États-Unis : Deux visages de l’Astrée. Création au Théâtre du Châtelet en juin 2009.

Adaptation de l’ensemble Céladon, direction artistique Paulin Bündgen, mise en scène Jacques Chambon. 2014 : Maestro, film français de Léa Fazer, qui est un métafilm sur l’adaptation de Rohmer. Le Sentiment géographique, Paris, Gallimard, collection L’Imaginaire, p. 1910 : La Vie et les œuvres d’Honoré d’Urfé, de O. Gérard Genette, le Serpent dans la bergerie, dans Figures I, coll. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 9 novembre 2018 à 17:49.

L’Astrée est un roman pastoral, publié de 1607 à 1627, par Honoré d’Urfé. Aujourd’hui encore, cette œuvre extraordinaire est rééditée régulièrement, que ce soit dans des éditions intégrales, dans un format livre de poche ou même en bande dessinée. Il est difficile, voire impossible, d’établir une sorte de résumé de L’Astrée, car ce livre n’est pas qualifié sans raison de roman-fleuve ou d’œuvre à tiroirs. Il est constitué de 5 parties, de 40 histoires, de 60 livres et de 5399 pages.

Gaule des druides et dans la plaine du Forez arrosée par le Lignon, le jeune berger Céladon aime une bergère, Astrée. Celle-ci, qui croit à tort son amant infidèle, le chasse de sa vue. Désespéré, le jeune homme se jette dans les eaux du fleuve. Polémas pour obtenir la main de la princesse Galathée, laquelle doit succéder sur le trône à sa mère, reine de la contrée. Il faudra toutes sortes de péripéties et une guerre pour que l’ambitieux soit éliminé, la princesse rendue à son premier  serviteur , le beau Lindamor, et la paix restaurée dans la vallée du Lignon. L’apparente fierté de l’auteur du texte précédent vient probablement du fait qu’il fut lui-même habitant de la région décrite, et ce dans le château Renaissance de la Bastie d’Urfé, construit par son grand-père, Claude d’Urfé. L’Astrée a tellement marqué les esprits, que dans le Forez, autour de Boën, s’est créée la Communauté de communes du Pays d’Astrée.

Avec un tel personnage principal, l’Astrée est une prolifique synthèse des mythes fondateurs de l’Europe ou la recherche d’une certaine éthique, les thèmes de la justice et de la paix font de cette œuvre une vision du monde toujours contemporaine. D’Urfé, Pastorale allégorique avec la clé. Pierre Witte et Didot à Paris en 1733, illustré de 12 estampes par volume, gravées sur cuivre d’après Gravelot pour la plupart. 2005 – 2014 : par Eglal Henein, professeur émérite de l’université Tufts, aux États-Unis : Deux visages de l’Astrée.

Création au Théâtre du Châtelet en juin 2009. Adaptation de l’ensemble Céladon, direction artistique Paulin Bündgen, mise en scène Jacques Chambon. 2014 : Maestro, film français de Léa Fazer, qui est un métafilm sur l’adaptation de Rohmer. Le Sentiment géographique, Paris, Gallimard, collection L’Imaginaire, p. 1910 : La Vie et les œuvres d’Honoré d’Urfé, de O. Gérard Genette, le Serpent dans la bergerie, dans Figures I, coll. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 9 novembre 2018 à 17:49. L’Astrée est un roman pastoral, publié de 1607 à 1627, par Honoré d’Urfé. Aujourd’hui encore, cette œuvre extraordinaire est rééditée régulièrement, que ce soit dans des éditions intégrales, dans un format livre de poche ou même en bande dessinée. Il est difficile, voire impossible, d’établir une sorte de résumé de L’Astrée, car ce livre n’est pas qualifié sans raison de roman-fleuve ou d’œuvre à tiroirs. Il est constitué de 5 parties, de 40 histoires, de 60 livres et de 5399 pages. Gaule des druides et dans la plaine du Forez arrosée par le Lignon, le jeune berger Céladon aime une bergère, Astrée. Celle-ci, qui croit à tort son amant infidèle, le chasse de sa vue.