L’ACCORDEON pour les 6/9 ans tout simplement PDF

Please forward this error screen to web-wb-11. L’ACCORDEON pour les 6/9 ans tout simplement PDF’accordéon est un instrument de musique de la famille des vents. Une personne qui joue de l’accordéon est un accordéoniste.


Au travers de leçons très progressives et la complicité des Souris Vertes de Mito Mann, les enfants aborderont une à une, les notions fondamentales de l’accordéon et découvriront pour leur plus grand plaisir, une série de morceaux simplifiés pour apprivoiser leur instrument préféré. Les parents n’ont pas été oubliés et peuvent suivre la progression de leur enfant avec des conseils et un guide qui leur est dédié. Livre accompagné d’un CD.

Marin Mersenne cite entre 1636 et 1644, un Khên du Laos. En 1674, un Khène fait partie de l’inventaire de la collection du royaume du Danemark. Sheng à la cour de Saint-Pétersbourg en 1740. En 1769 est organisé un concours à Saint-Pétersbourg, dont l’objet est l’invention d’un instrument qui imiterait la voix humaine. Néanmoins, à la lecture de son travail publié à Bordeaux en français on peut constater qu’il ne fait aucune allusion aux instruments asiatiques. C’est dans ce bain obscur entouré de mystères et contradictions, que les brevets d’invention autour des instruments à anche libre vont naître, s’interpénétrer, s’influencer, se doter parfois de manière douteuse de paternité, mais permettant peu à peu l’émergence d’une nouvelle espèce d’instruments.

En 1810, on assiste à la naissance de l’ orgue expressif  de Gabriel-Joseph Grenié qui introduit le soufflet à pédalier, dont le système prendra plus tard le nom d’harmonium. Il réinvente l’anche libre, comme on peut le lire dans son mémoire de brevet. En 1818, l’Autrichien Anton Haeckl invente le Physharmonica, premier instrument à anches libres clavier et à soufflet manuel. Un brevet lui a été accordé le 8 avril 1821.

Cet élément est primordial pour l’avenir. En 1821, inspiré par la guimbarde, l’Autrichien Friedrich Buschmann invente un instrument à anches métalliques : l’ aura . Cet instrument, qui deviendra l’harmonica, inspirera des fabricants se copiant, améliorant, inventant tout une multitude d’instruments dérivés. Anton Reinlein obtient en 1824 à Vienne un brevet pour son harmonica  à la manière chinoise , Christian Messner ouvrira l’une des premières usines à Trossingen en 1827 puis en 1832 lance la fabrication de ses  mundharmonika . En 1822, Buschmann monte un soufflet sur son  aura  qui devient  handaeoline , l’éoline à main. Buschmann et Haeckl, dont il veut déposer le brevet sous le nom d’ Aeolina . 5 touches émet un accord, différent en tirant ou en poussant.

Le 23 juin 1829, la même année que le brevet de Demian, Charles Wheatstone invente le  symphonium , rebaptisé  concertina , dont le brevet sera déposé le 8 février 1844. En France, en 1830, Marie Candide Buffet positionne un clavier mélodique en main droite à la place des accords. Demian invente, vers 1834, la combinaison d’un deuxième clavier pour les accords, et d’un premier pour la mélodie. En 1834, Carl Friedrich Uhlig crée le  konzertina  allemand, bisonore, après avoir rencontré Demian et ayant désiré créer un instrument mélodique. En 1841, Louis Léon Douce dépose un brevet pour son  accordéon harmonieux , instrument unisonore.