L’épopée de Gilgamesh PDF

Un double album, véritable petit chef d’œuvre accessible même aux plus jeunes. Une légende l’épopée de Gilgamesh PDF de trente cinq siècles, antérieure au Mahabharata et à l’Iliade.


Du XXVe au VIIe siècle avant notre ère, un texte circulait dans tout le Proche-Orient ; il racontait la quête d’un roi, bâtisseur des remparts d’Ourouk vers 2800 avant J.-C. : Gilgamesh, fils de déesse, plus divin qu’humain en son corps.
Du sumérien, ce texte fut traduit en babylonien, en assyrien, en hittite, en hourite ; il fit partie de quelques grandes bibliothèques dont celle d’Assourbanipal. Mais les Grecs, les Romains envahirent le Proche-Orient ancien et lui imposèrent leurs cultures. L’Épopée de Gilgamesh tomba dans l’oubli.
Il fallut attendre le XIXe siècle, époque des grandes découvertes archéologiques, pour que ce texte, admirable et essentiel comme les chefs-d’ uvre lentement tissés par le divin imaginaire, revienne enfin à la mémoire. Texte éternel car il relate la quête d’un homme déchiré par son désir de transcender son état. Texte d’une beauté que le temps n’est pas parvenu à altérer et qui nous fait découvrir, aimer, Gilgamesh le héros taillé dans le granit le plus dur, Enkidou son ami, son frère, modelé dans l’argile la plus tendre.
En se basant sur les diverses sources antiques, le musicien et poète Abed Azrié en donne ici une version d une grande beauté.
Ce livre est la reprise en poche d un texte paru chez Berg International en 1979.

Elle conte la création du monde et l’histoire d’une grande amitié qui, tragiquement amputée par la mort, jette le survivant – Gilgamesh, roi d’Uruk – dans une quête aussi vaine que désespérée pour échapper au trépas. Le présent enregistrement propose une interprétation plus claire, moins théâtrale que la version déjà proposée en 1993 à la Voix de son livre par Claudie Obin. Gilgamesh raconte les hauts faits du Roi de la ville d’Uruk. Ce récit est l’épopée la plus ancienne écrite par les hommes et connue à ce jour. De nombreux épisodes de ce texte seront repris dans les mythologies grecques et la Bible. Faire vivre les textes mythologiques, et, nous faire découvrir notre patrimoine universel, tel est le travail qu’a entrepris la conteuse Claudie Obin. En 1998, elle apporte la première pierre aux Éditions Oui’Dire, en racontant 9 récits de la mythologie grecque.

Aujourd’hui, elle continue de transmettre l’extravagance des dieux et des héros grecs, mais se passionne aussi pour les mythologies, d’Inde, de Chine, de Finlande. Commentaires: Vous devez vous inscrire avant de pouvoir afficher les liens. La loi française vous autorise à télécharger un fichier seulement si vous en possedez l’original. Toutes les nouvelles publiées sur le site appartiennent a leurs propriétaires, le site n’est pas résponsable de leur utilisation! Mésopotamie antique, roi de la cité d’Uruk où il aurait régné vers 2650 av.

Forêt des cèdres, épisodes repris plus tard dans l’Épopée. Enkidu est alors retenu aux Enfers, mais son esprit revient raconter à Gilgamesh ce qui se passe dans le monde des morts. Tablette de la version ninivite de l’Épopée de Gilgamesh. Le début du IIe millénaire av. Elle se compose de onze tablettes, et est notre meilleure source pour connaître le déroulement du texte. L’Épopée se divise en deux parties principales.

Le début présente Gilgamesh, roi tyrannique d’Uruk. Pour faire cesser ses excès, les dieux créent Enkidu, un être capable de le combattre. L’affrontement qui a finalement lieu entre les deux ne voit aucun vainqueur, et au contraire les deux deviennent des camarades. Il évoque notamment les combats de Gilgamesh contre la cité rivale de Kish, dont il défait le souverain Enmebaragesi. La Ballade des héros des temps jadis, une prière datant de la première moitié du IIe millénaire av.

Gilgamesh demande à un autre roi de lui envoyer des pierres précieuses pour faire réaliser une statue d’Enkidu après la mort de ce dernier, allusion à un passage de l’Épopée. Seuls quelques plaques d’argile, voire quelques sceaux-cylindres pourraient représenter des passages de combats de l’Épopée, à savoir ceux contre Humbaba et contre le Taureau Céleste. Le nom de Gilgamesh et sa renommée ne sont pas oubliés après la fin de la civilisation mésopotamienne au début de notre ère. On le retrouve mentionné dans des documents plus tardifs élaborés hors de Mésopotamie. Sa figure ne correspond alors que vaguement à l’image laissée par la tradition mésopotamienne.

4 de Qumran, écrits en araméen. Seuchoros de Babylone, auquel il est fait le présage que sa sœur enfantera un garçon qui le détrônera. Il décide donc de l’enfermer dans une tour, où elle accouche d’un fils, nommé Gilgamos, que des gardes précipitent du haut de l’édifice pour le tuer. Gilgamesh est présenté dans tous les récits épiques où il apparaît comme un personnage hors du commun, de par sa stature et par les exploits qu’il accomplit. Il est grand, beau et fort, et sa seule apparition sur les murailles d’Uruk suffit à effrayer l’armée de Kish dans Gilgamesh et Agga.