L’ère des ruptures (essai français) PDF

Le siège de Novartis, à Bâle, en l’ère des ruptures (essai français) PDF. Si l’année 2010 a été l’année de tous les records commerciaux pour cette molécule, c’est en partie grâce aux résultats d’une étude japonaise publiée quelques mois plus tôt, le 31 août 2009, par le European Heart Journal. Mais la  success story  prend ensuite un curieux tournant.


Nous étions partis dans la vie, le témoignage, le bonheur, l’action, avec pour objectif d’embrasser le monde, mais aussi, au passage, nous comptions bien rassembler la gauche, l’aider à se retrouver. Chemin faisant, il a bien fallu nous arrêter, là où nous n’avions guère prévu de le faire, pour prêter l’oreille à ce grondement souterrain qui annonce lézardes, craquements, fissures, séismes, dans le soubassement commun de nos vies et de nos pensées, premier grand ébranlement sur le sol de nos certitudes. Nous avons rencontré la communion et la fête, et l’une et l’autre, heureusement, sont bien toujours de ce monde, mais nous avons vu la violence se dévorer elle-même, l’univers totalitaire prendre, agressif, le deuil de ses modèles, l’Occident des sciences et le continent des pauvres inciter leurs fidèles aux refuges de la religion. Nous avons vu alors s’ouvrir devant nous, haute béance, l’ère des ruptures. Nous savions déjà que notre seule liberté, c’est la conscience. Il nous faut désormais apprendre à mener notre vie d’homme sans modèle et sans avenir. C’est la confession de cet itinéraire qu’un adulte dans notre siècle livre dans la recherche passionnée de l’intensité lucide.

En 2011, des blogueurs signalent des anomalies dans plusieurs articles d’Hiroaki Matsubara. Les revues ayant publié les travaux du cardiologue nippon commencent à les examiner d’un peu plus près. Ces conclusions sont accablantes, pas tant pour Hiroaki Matsubara, dont le degré de responsabilité n’est pas établi, que pour la recherche biomédicale tout court. C’est un cas d’école de la manière dont la science peut être manipulée sous l’influence d’un lobby industriel. L’enquête a en effet révélé que des données sur les participants avaient été falsifiées pour faire apparaître les fameux  bénéfices  concernant les angines de poitrine et les AVC.

L’affaire est déjà grave en elle-même mais il y a pire encore. Novartis, ce qu’a reconnu la firme suisse dans un communiqué publié le lendemain de la conférence de presse. Ces liaisons dangereuses entre scientifiques et industriels ne sont pas pour renforcer la confiance du public dans les résultats de la recherche appliquée. Pour la petite histoire, le 11 juillet, Toshikazu Yoshikawa, le président de la KPUM, a, avec deux de ses collègues, présenté des excuses publiques au nom de l’université. A la japonaise, c’est-à-dire en s’inclinant beaucoup. Pour réguler l’hypertension, il n’y a rien de mieux que de manger du poupier sauvage qui pousse partout et qui, en plus d’être agréable dans une salade, règle le problème de santé.