Introduction aux relations internationales PDF

Your web browser may be malfunctioning. Your internet connection may be unreliable. For more information about the W3C website, see the Webmaster FAQ. Les relations entre les États-Unis et le Japon renvoient aux relations internationales entre l’empire du Japon, devenu le Introduction aux relations internationales PDF en 1946, et les États-Unis d’Amérique.


Les relations internationales sont les rapports multiformes que développent entre eux les individus, les organisations privées et les gouvernements des États, dans les diverses sphères de l’activité humaine. Cet ouvrage traite des relations politiques et économiques interétatiques qui demeurent l’épine dorsale des relations internationales. Il examine d’abord les principales théories qui ont marqué ce champ d’étude : le réalisme, le libéralisme, le marxisme et leur évolution jusqu’au postmodernisme et au constructivisme. Il présente ensuite les acteurs majeurs que sont les États et les organisations internationales, en particulier l’Organisation des Nations Unies. Puis il analyse la politique étrangère des États : Qui sont les décideurs et quels facteurs influencent les décisions ? Comment se traduit cette politique dans les faits ? Quels sont les fondements et les instruments de la diplomatie et de la stratégie ? Le chapitre dédié aux relations économiques internationales répond notamment aux questions suivantes : Quelles sont les principales composantes des échanges commerciaux et financiers ? Comment sont-ils comptabilisés dans la balance des paiements ? Pourquoi le protectionnisme a-t-il été supplanté par le libre-échange ? Quels sont les principaux stades de l’intégration économique internationale ? Le dernier chapitre explore les mutations et les perspectives des relations internationales post-guerre froide. Conçu prioritairement pour les étudiants de science politique et d’études internationales, ce manuel demeure très accessible aux étudiants d’autres disciplines et au grand public.

Unis entreprennent d’apaiser leurs relations avec le Soleil Levant, et d’aller jusqu’à une ère de coopération. Seulement, l’arrivée de Hiro-Hito sur le trône impérial de l’empire du Japon en 1926 annonce le début de la remilitarisation nippone et la renaissance des tensions. Japon reste totalement fermé aux étrangers malgré les nombreuses tentatives étrangères. Dans le même temps, les Américains développent des intérêts commerciaux dans les régions de l’archipel nippon.

En effet, les baleiniers américains passent souvent près des littoraux de l’empire sans pouvoir se réapprovisionner. Après de multiples demandes, les Américains sont les premiers à contraindre le Japon à l’ouverture. 137, alors que les réalistes, ayant pris peur devant les canons de Perry, demandent la soumission aux exigences américaines. Lors du retour de Perry en février 1854, le gouvernement du shogun, l’empereur, ainsi que les nombreux daimyos consultés tranchent en faveur du rejet de la requête du président américain Millard Fillmore. Le Traité Harris ou  traité d’amitié et de commerce  est signé entre les États-Unis et le Japon temple Ryōsen-ji à Shimoda le 29 juillet 1858.

Le 13 février 1860, une première ambassade de l’empire du Japon est envoyée aux États-Unis à bord du bâtiment américain l’USS Powhatan et d’un vaisseau japonais le Kanrin Maru. L’objectif de l’ambassade arrivée à San Francisco est de négocier un nouveau traité d’amitié, de commerce et de navigation avec les Américains afin de rééquilibrer certains aspects inégaux du précédent traité Harris de 1858, en vain. Capture d’une batterie d’artillerie à Shimonoseki. Japon est tout à la fois un  Extrême-Orient  contraint à l’ouverture par les États-Unis qui a su développer l’imitation et l’apprentissage des modèles occidentaux et un  Extrême-Orient  car ce pays s’industrialise et se lance dans la colonisation progressivement. Ce conflit marque la victoire d’une puissance d’Extrême Asie sur les forces occidentales pour la première fois, entraînant la méfiance à l’égard des Japonais et la peur du  péril jaune .

L’immigration japonaise de plus en plus présente à l’Ouest des Rocheuses, ce qui va progressivement entrainer une montée du racisme et une limitation de l’immigration. En 1906, après les Chinois, la Californie étend la ségrégation aux Japonais. De décembre 1907 à février 1909, la flotte américaine fait le tour du monde. Elle s’arrête notamment dans les ports japonais pour témoigner de l’amitié entre les deux pays.

D’autre part, Théodore Roosevelt obtient le prix Nobel de la paix pour son rôle d’arbitre dans le conflit russo-japonais notamment. Ainsi, le danger de la guerre est écarté. Seulement, sous l’administration Coolidge, l’immigration japonaise est stigmatisée et aboutit à l’ Oriental Exclusion Act . Il interdit l’immigration asiatique et une loi d’exclusion interdit également aux Japonais de se faire naturaliser américains. La délégation japonaise propose lors du traité de Versailles de 1919 l’introduction d’une clause d’égalité des races.

Au début des années 1920, une rivalité nouvelle est apparue entre les États-Unis et le Japon mais va finalement trouver un compromis. Or ce compromis est dépendant du contexte de prospérité des années 1920 et reste fragile. Une ère de coopération s’ouvre au prix d’un recentrage, d’un recul politique et militaire japonais en Asie orientale et au profit des États-Unis. Unis et une  collaboration internationale  avec SDN.