Immobilier – entre agences et public, une grande histoire d’amour PDF

Agaçant, étonnant réagissait lundi dans la matinée, l’entourage du cardinal André Vingt-Trois, qui assurait par ailleurs ne pas avoir reçu la immobilier – entre agences et public, une grande histoire d’amour PDF, à laquelle la ministre fait allusion. Avec le Secours catholique et d’autres associations, les chrétiens de Paris et d’ailleurs ne l’ont pas attendue pour agir! La préfecture sait ce que nous faisons. Depuis cinq ans, le diocèse de Paris ouvre chaque hiver des paroisses pour accueillir des SDF.


Les agents immobiliers sont-ils tous des voyous ?
Pourquoi leurs commissions sont-elles si chères ?
Les notaires sont-ils plus fréquentables ?
Les clients des agences sont-ils tous irréprochables ?
Pourquoi une bonne moitié de la population regarde-t-elle une bonne moitié de la profession avec suspicion et réciproquement ?
Y a-t-il une fatalité dans cette cohabitation difficile ?

Agent immobilier depuis quelques années, installé juste avant la «crise» qui a exacerbé les tensions, Didier Leviandier porte un regard sans complaisance partisane sur les relations entre les agences et leur public.
Loin d’innocenter la profession, mais sans l’accabler outre mesure, sans donner tort au public, mais loin de l’encenser pour autant, il pointe du doigt une réglementation archaïque, injuste, et pousse-au-crime… de part et d’autre.
Pour illustrer et faire comprendre cyniquement la genèse de cette cohabitation conflictuelle, il va jusqu’à donner des « conseils » aux agences … à ne surtout pas appliquer !

Enfin tout n’est pas perdu car différentes pistes pourraient rétablir une certaine sérénité.

L’an dernier nous avons accueilli 120 personnes, entre trois jours et quatre mois, précise-t-on à l’archevêché. Non seulement nous leur ouvrons les portes, mais des fidèles mangent et dorment avec eux puis les aident à recréer du lien pour se réinsérer. En riposte aux propos de la ministre, l’Eglise catholique va dresser la liste de toutes ses initiatives en matière d’accueil des sans-abris à Paris et en Ile-de-France. Les paroisses n’ont pas ce type de locaux.

Et ceux des congrégations religieuses ne sont pas forcément adaptés à l’accueil de SDF. La Conférence des religieux et religieuses de France, dont les congrégations sont souvent propriétaires de vieux et vastes bâtiments, indique depuis plusieurs jours sur son site internet une liste des initiatives lancées à Paris et en province pour venir en aide aux plus démunis. Plus politique, un responsable de la CEF juge que cette nouvelle pierre du gouvernement dans le jardin de l’Eglise n’est pas sans rapport avec l’hostilité affichée de l’institution face au mariage pour tous. Cette entrée a été publiée dans catholicisme. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.