II-8 Des esclaves amenés en France: L’esclavage aux Antilles Françaises avant 1789 PDF

II-8 Des esclaves amenés en France: L’esclavage aux Antilles Françaises avant 1789 PDF noir, édition Saugrain de 1718. 2e édit à La Réunion en 1723.


Ce livret est le chapitre 8 du Livre II, intitulé « Le régime de l’esclavage» extrait de L’esclavage aux Antilles françaises avant 1789 de Lucien Peytraud.

Écrit 29 ans à peine après l’abolition de l’esclavage aux Antilles françaises, L’esclavage aux Antilles françaises avant 1789 se caractérise par une écriture fluide et un contenu informatif à partir de documents inédits. Les recherches de l’auteur aux Archives coloniales de Versailles permettent pour la première fois une analyse pertinente de l’organisation du système esclavagiste et de la condition des esclaves à la fin du dix-huitième siècle. Précis et détaillé, l’ouvrage est depuis sa publication une référence fondamentale pour l’étude de l’esclavage et de la traite négrière. Son approche, novatrice au 19ème siècle, met à nu et questionne un système tout juste aboli. . Il est aujourd’hui proposé en format numérique par les Editions 14.6, www.editions14-6.com.

Extrait :
« La plupart des esclaves se pourvoient au siège de la Table de marbre, à Paris, pour s’y faire déclarer libres et obtenir le paiement de gages qu’ils prétendent leur être dus pour leurs services. Des Mémoires imprimés, remplis de déclamations contre l’esclavage et contre la tyrannie des maîtres, sont répandus avec profusion dans Paris. Des jugements rendus publics par des affiches avertissent les nègres qu’ils sont libres, indépendants et même égaux à ceux qu’ils regardaient comme des êtres supérieurs, qu’ils étaient destinés à servir. »

Il existe trois édits différents connus sous l’appellation de Code noir. Philippe d’Orléans, promulgués aux mois de décembre 1723 puis de mars 1724 par le roi Louis XV, alors âgé de treize ans. Code noir est utilisée par des éditeurs, comme les Libraires associés et Prault, pour désigner non pas seulement des édits, mais des recueils de textes juridiques applicables aux colonies françaises. Ces recueils regroupent, autour de l’ordonnance ou édit de mars 1685, les lois, les décisions royales, les textes juridiques élaborées par le pouvoir royal pour les colonies, et relatives au gouvernement, à l’administration et à la condition des esclaves des pays du domaine colonial de la France entre 1685 et la fin de l’Ancien Régime. Royaume de France avant le Décret d’abolition de l’esclavage du 4 février 1794.

Manuscrit de l’Ordonnance royale, Edit du Roy ou Code noir de mars 1685 sur les esclaves des îles de l’Amérique française. Le texte est également applicable à Saint-Christophe, mais la date de son enregistrement dans cette colonie n’est pas connue à ce jour. Le Code noir ne concerne pas la colonie du Canada, où l’esclavage était moins développé et concernait principalement les Amérindiens. Napoléon Bonaparte fait maintenir, par la loi du 20 mai 1802, l’esclavage dans les îles récupérées des Britanniques par le traité d’Amiens, spécialement la Martinique, ainsi qu’aux Mascareignes. L’édit de 1685 vient combler un vide juridique, puisque l’esclavage est inconnu en France depuis plusieurs siècles, alors qu’il est établi, en fait, dans les îles françaises des Antilles depuis 1625 au moins. Espagnols d’une cargaison d’esclaves, population accrue ensuite d’autres esclaves amenés de Guinée par des navires hollandais ou français.