Hitler, le chef de guerre PDF

Quartier général d’Adolf Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale. Il consistait en un ensemble de blockhaus et de maisons en rondins aux toits recouverts d’herbe situés dans une épaisse forêt, hitler, le chef de guerre PDF tout protégé par plusieurs cercles de fils de fer barbelés, de champs de mines et de positions défensives. Position sur une carte actuelle de l’Europe.


Hitler, qui n’avait reçu aucune instruction militaire et s’était formé seul à la tactique et à la stratégie, avait, de l’avis du haut commandement allemand, des intuitions géniales. De fait, son bilan est impressionnant. La guerre éclair combinant l’emploi massif des blindés et de l’aviation qui fait ses preuves en Pologne, en Belgique, en Hollande et, plus spectaculairement encore, en France, c’est lui. La rapidité d’exécution des Allemands, telle que l’armée française est anéantie en trois semaines, lui encore. Jusqu’en 1943, le Führer accumule les succès, fixant les directives générales d’opérations majeures que sont l’invasion des Balkans, de l’Afrique du Nord, de l’Union soviétique. La chute de Stalingrad en février 1943 marque le début des revers. L’Allemagne confrontée à la triple coalition des Américains, des Anglais et des Russes n’a pas les moyens de lutter sur tous les fronts. Il n’en demeure pas moins que Hitler restera à la tête des opérations et imposera envers et contre tout sa volonté de puissance, entraînant l’Allemagne dans la catastrophe finale. Agrégé d’histoire, docteur ès lettres, Philippe Masson est chef de la section historique du Service historique de la marine française.

Professeur d’histoire et de stratégie à l’Ecole supérieure de guerre navale de 1964 à 1993, il a publié plusieurs ouvrages d’histoire maritime et contemporaine dont, chez Perrin : Histoire de l’armée allemande (1997), Histoire de l’armée française (1999), La Puissance maritime et navale (2002).

Position sur une carte régionale de la Pologne actuelle. Remise de décorations par Hitler à la Wolfsschanze, septembre 1943. Adolf Hitler vient pour la première fois à la Wolfsschanze dans la nuit du 23 juin 1941, le lendemain du déclenchement de Barbarossa. Les vingt autres personnes présentes dans la salle sont blessées à des degrés divers dont le Führer, qui ne l’est que légèrement. En outre, les dommages causés à la salle de conférence sont très importants.

Le complexe est détruit et abandonné par les Allemands le 25 janvier 1945 lors de la retraite de la Wehrmacht face à l’avancée soviétique. L’Armée rouge en prend possession deux jours plus tard. Il n’a été entièrement déminé qu’en 1955. Construit au milieu d’une forêt protectrice et situé à l’écart des principales routes, le complexe occupait une superficie de 6,5 km2 divisée en plusieurs zones. Toutes ces installations étaient desservies par un aérodrome et des voies de chemins de fer.