Histoire abrégée de la ville et de l’abbaye de Redon PDF

La mairie et la tour de l’Abbaye, la Grande rue et le pont Saint-Nicolas histoire abrégée de la ville et de l’abbaye de Redon PDF la Vilaine. Redon – Pont Saint-Nicolas sur la Vilaine. Redon est une commune française, sous-préfecture du département d’Ille-et-Vilaine en région Bretagne.


Histoire abrégée de la ville et de l’abbaye de Redon / par un prêtre, ancien élève du collège Saint-Sauveur [Dom P. Jausions]
Date de l’édition originale : 1864
Sujet de l’ouvrage : Abbaye Saint-Sauveur (Redon, Ille-et-Vilaine) — Histoire

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

En 2014, avec 8921 habitants elle descend à la 14e place. Ses habitants s’appellent les Redonnaises, Redonnais. Il existe peu de sources sur ce secteur avant 832. Découvrant le confluent de la Vilaine et de l’Oust du haut d’une colline, l’archidiacre du diocèse de Vannes et ses disciples constatent tout l’intérêt du lieu : un site protégé des invasions et calme, idéal pour la méditation. Conwoïon obtient de Ratvili, seigneur du lieu, la donation d’un espace suffisant pour installer le monastère. En 832, un modeste ermitage fait de planches et de branches voit le jour.

Nominoë, alors gouverneur de Bretagne, soutient cette fondation pour renforcer son pouvoir. Entre 842 et 853, une première église en pierre est construite remplaçant ainsi la première bâtisse. Conwoïon y meurt le 5 janvier 868. Il subsiste encore aujourd’hui le cartulaire de cette abbaye qui recense 391 actes en latin. Une population s’installe peu à peu autour des bâtiments conventuels, le territoire monastique s’agrandit et donne naissance à une paroisse. Après l’an mil, l’église devient trop petite.

La construction d’un édifice plus grand est envisagée. La ville va se développer autour de ce centre religieux jusqu’à former une petite bourgade rurale et industrielle de près de 10 000 habitants dans les années 1960. Une des industries locales fut la fonderie Pierre Chevalier fondée en 1864. Au Moyen Âge, Redon va bénéficier du commerce maritime grâce à sa situation sur la Vilaine.

Il subsiste aujourd’hui d’anciennes maisons d’armateurs et un bassin. Elle comporte 3 portes, 3 poternes et 13 tours. De ces remparts, on peut voir aujourd’hui le flanc nord du transept de l’église, la chapelle des Ducs et les remparts au-dessus du quai Saint-Jacques. République ainsi que des éléments de remparts. Pendant la minorité de la duchesse Anne de Bretagne, la cour ducale s’établit pendant quelque temps à Redon, à la fin de 1488. En février 1489, le roi d’Angleterre Henri VII conclut avec la jeune duchesse – elle n’a que 12 ans – le « traité de Redon » aux termes duquel il s’engage à lui apporter une aide militaire si un conflit devait l’opposer à la France. Vilaine est canalisée, favorisant ainsi le développement portuaire.