Gheranda samhita : Traité classique de hatha-yoga PDF

Les ouvrages édités en Occident écrivent souvent simplement hatha pour des raisons typographiques, omettant le point sous le ‘t’, signe diacritique désignant la prépalatale rétroflexe sanskrite . Idâ et Pingalâ, souffle inspiré et souffle expiré, masculin et féminin, etc. Haṭhayoga-Pradīpikā,  Gheranda samhita : Traité classique de hatha-yoga PDF torche du Hatha-yoga , composé par le Yogi Svātmārāma. Mohenjo-Daro qui aurait été fondée trois mille ans avant notre ère.


Probablement écrite au XVe siècle, la Gheranda Samhita est l’un des trois grands traités fondateurs du hatha-yoga. la forme de yoga la plus pratiquée aujourd’hui en Occident mais souvent dénaturée et mal comprise. Avec concision et rigueur, ce livre magistral expose les principales techniques permettant d’éveiller les énergies du corps pour atteindre la Libération suprême : purifications internes et externes, postures. souffles, « ligatures » (bandhas) et « sceaux » (madras) très secrets. Au coeur même de la tradition indienne la plus authentique, ce manuel du « yoga du corps » est indispensable à tous les pratiquants sérieux. Peu de théorie mais une pratique intense, précise, méthodique. La Gheranda est ici présentée dans sa version originale en sanskrit. La traduction de Jean Papin est éclairée par des commentaires particulièrement riches et pénétrants.

Mais de penser, en voyant des artefacts de yogis en position de méditation, qu’il s’agit du hatha-yoga est très rapide. La méditation existait bien avant le hatha-yoga et la position du lotus n’appartient pas exclusivement au hatha-yoga. Certains pensent plutôt que la spiritualité de la civilisation serait le yoga des origines, un yoga à visée mystique comme le raja-yoga, et le yoga que Krishna enseignait à Arjuna, comme décrit dans la Bhagavad-Gîtà. Brâhmânanda, auquel il faut ajouter la Gheranda samhitā et la Shiva samhitā. Né en 1918, Bellur Krishnamachar Sundararaja Iyengar est un maître de haṭha yoga qui vit en Inde méridionale, à Pune. Yehudi Menuhin et Jiddu Krishnamurti figurent parmi ses plus célèbres élèves.

Mais le haṭhayoga n’est qu’un des différents types de yoga. 1972 à Eastman, en Estrie au Québec, un Centre de Haṭha et de Raja yoga qui porte son nom. Swami Satchidananda lance l’ouverture officielle du festival de Woodstock en faisant psalmodier Om̐ par la foule. Selon l’auteur Philip Goldberg,  Personne n’a davantage contribué à l’essor du yoga moderne que Swami Satchidananda, qui a commencé la formation des enseignants américains dans les années 1970. Les américains dépenseraient environ 3 milliards de dollars par an dans des cours de yoga qui est très populaire parmi les stars d’Hollywood.

Tenant son corps fermement avec les trois parties érigées, et guidant avec son esprit ses sens jusqu’au cœur, un homme sage avec l’équipement du brahman peut dépasser toutes les craintes provenant des flots Quelqu’un qui pratique les préceptes yogiques aperçoit ici la nature du brahman. Article détaillé : Liste de postures de Hatha Yoga. La respiration peut être rythmée au sein des postures ou concentrée pendant un temps privilégié. La séance se termine généralement par un moment de relaxation. Posture, respiration, méditation, peuvent tour à tour culminer dans la pratique. La non-violence envers son propre corps, l’humilité, sont des principes qui évitent de confondre yoga et acrobatie. Quand elles sont dynamiques, elles peuvent se pratiquer selon un enchaînement précis, souvent selon un ordre respiratoire particulier.

Il faut une certaine expérience pour prendre une posture dans une détente  structurée , avec une respiration régulière ainsi qu’un bon alignement vertébral coordonné avec les alignements des autres segments corporels. En termes d’étirement, ce qui favorise un assouplissement musculaire et soulage les douleurs issues des tensions. En termes de concentration et d’une certaine connaissance de soi, pour pouvoir contracter les muscles nécessaires à l’architecture de la posture ou au contraire détendre ceux qui s’y opposent. Les quatre phases de base de la respiration sont explorées : l’inspiration, la rétention poumons pleins, l’expiration et la rétention poumons vides.

Dans les niveaux avancés de pratiques, d’autres phases sont explorées. Ces techniques de prāṇayāma permettraient le développement de la concentration en diminuant la dispersion mentale, et lorsqu’une base de recueillement suffisante a été établie, le corps et l’esprit pourraient acquérir une vigueur et une vitalité nouvelle en puisant à même l’énergie du prāṇa. Elles favoriseraient aussi l’aptitude à supporter les stress par la prise de conscience du rythme irrégulier de la respiration, pour la ramener vers un rythme plus lent. André Van Lysebeth, dans son ouvrage : Prāṇayāma, la dynamique du souffle Paris, Flammarion, 1981, émet l’hypothèse que le prāṇa correspond aux ions négatifs de l’air environnant. Cependant, la théorie pranique préscientifique y voit une force vitale possiblement plus fondamentale, à la base de toute vie et de toute conscience.