Frères de Sang: L’Histoire de la Mafia Italo-américaine PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La mafia américaine ou mafia italo-américaine désigne une société criminelle italo-américaine hautement organisée. La mafia émerge dans les quartiers pauvres d’immigrants italiens dans East Harlem, frères de Sang: L’Histoire de la Mafia Italo-américaine PDF le Lower East Side et Brooklyn dans la ville de New York.


Caterina Bartoldi qui a vécu plusieurs années en Sicile est devenue une spécialiste incontournable de la Mafia. Dans ce livre passionnant qui nous entraîne de la Sicile aux Etats-Unis et en bien d’autres lieux, elle nous raconte une histoire cachée, difficile à appréhender. Elle nous décrit les structures secrètes, les symboles, les manières de communiquer et de fonctionner, ainsi que les grandes figures de la Pieuvre. Depuis des dizaines d’années, la Cosa Nostra Américaine ou Mob est une organisation multiforme, mouvante, contrainte à d’incessants changements par nécessité et par stratégie. On découvre d’abord les gangs urbains de la Mano Nera, une histoire locale puis planétaire, violente depuis toujours, même si la Mafia investit de plus en plus dans l’économie saine et témoigne peut-être, aujourd’hui, de mœurs moins brutales. L’originalité de cet ouvrage réside dans le parallèle fait entre l’Organisation Sicilienne et la Mafia italo-américaine au cours de l’histoire et dans l’étude comparée des cadres juridiques de ces deux pays. A la lecture de cette extraordinaire enquête qui se lit comme un thriller, le lecteur découvre la Cosa Nostra américaine, cousine de la Cosa Nostra sicilienne, ses traditions, sa culture et surtout, la place qu’elle occupe encore et toujours dans le monde.

De nos jours, la mafia italo-américaine est principalement présente dans le nord-est des États-Unis et à Chicago où elle continue à dominer le crime organisé malgré la montée d’autres organisations criminelles. Schéma retraçant l’origine da la Cosa Nostra américaine et ses principaux événements chronologiques. Chicago, La Nouvelle-Orléans et surtout New York. Les vagues d’immigrants italiens, succédant à celles des immigrants anglo-écossais et contemporaines de celles des immigrants allemands, irlandais et scandinaves, débutèrent dès le milieu du XIXe siècle. Cadiens et riches de nombreuses cachettes.

Parmi ces Siciliens, certains étaient déjà affiliés à la Cosa nostra et renouèrent, sur le sol américain, le même type de liens que ceux prévalant en Sicile. Les ressentiments xénophobes anti-italiens s’avivèrent avec le développement du crime organisé sicilien, ce qui aboutit, en 1891, à l’un des lynchages les plus sanglants de l’histoire des États-Unis. Des groupes mafieux deviennent influent d’abord à New-York en progressant graduellement dans les quartiers pauvres italiens. Elle est souvent confondue avec la mafia elle-même, ce qu’elle n’est pas.

La Main Noire est une société secrète et il y’avait de nombreux petits gangs pratiquant la Main Noire. Les règnes de ces gangs déclinèrent au cours des années 1910, notamment à la suite de plusieurs arrestations, en particulier celle de Monk Eastman. Le Five Points Gang a fait la transition entre les gangs du XIXe siècle et les organisations criminelles contemporaines nées de la Prohibition. Un capitaine de police corrompu nommé Charles Becker, essaya, au début des années 1910, de reprendre à son compte les méthodes de la mafia pour régner sur le crime à New York. Le projet progressait bien jusqu’à ce qu’une affaire de meurtre qu’il avait commandité ne mette à jour son système et l’envoie sur la chaise électrique en 1915. Al Capone en 1929, parrain de l’Outfit de Chicago durant la prohibition devenu le symbole du gangster dans la culture populaire. Chicago, la porte du Far West et la ville des abattoirs, était une ville violente.

Gangrenée par la corruption, elle était  réputée  pour ses bars et ses maisons closes. En 1909, Colosimo fut menacé par des membres de la Cosa nostra, au cours d’une opération d’extorsion de la Mano Nera. Il fit appel au neveu de sa femme, Johnny Torrio, qui appartenait alors au milieu new-yorkais. Le XVIIIe amendement de la Constitution des États-Unis qui prohibe la fabrication, la vente et le transport d’alcool entre en vigueur le 16 janvier 1920.

Cette prohibition entraîne l’effet inverse que celui escompté. Il entraîne une demande très forte la part de la population. La vente illégale s’organise auprès des organisations criminelles pour répondre à la demande. L’augmentation fulgurante des revenus du crime organisé, sa structuration quasi-industrielle rendue nécessaire par le développement des activités ont façonné le visage de la mafia italo-américaine tel que nous le connaissons aujourd’hui et considérablement accru sa puissance et son influence. Les profits qui sont engendrés par la vente et la distribution d’alcool sont supérieures aux risques encourus par la répression du gouvernement, qui a du mal à faire respecter la prohibition. Plus de 900 000 caisses de bouteilles d’alcool transitent des frontières vers les villes américaines. Les gangs criminels et certains politiciens voient en la prohibition le moyen de faire fortune rapidement et commencent par passer en contrebande de grande quantité d’alcool vers les villes américaines.

Au début des années 1920, Benito Mussolini prend le pouvoir en Italie et des vagues d’immigrants italiens fuient vers les États-Unis. Des membres de Cosa Nostra en Sicile en profitent pour fuir aussi parce que Mussolini tente de détruire l’activité mafieuse en Sicile. Beaucoup d’immigrés italiens vivent dans des immeubles délabrés. La Mafia prend l’avantage dans le trafic d’alcool.