Fondements de la métaphysique des moeurs PDF

Cet article est fondements de la métaphysique des moeurs PDF ébauche concernant la philosophie. Emmanuel Kant, paru en 1795 et traduit en France dès 1796. Il comporte deux parties : Doctrine du droit et Doctrine de la vertu.


De tout ce qu’il est possible de concevoir dans le monde, et même en général hors du monde, il n’est rien qui puisse sans restriction être tenu pour bon, si ce n’est seulement une BONNE VOLONTE. L’intelligence, le don de saisir les ressemblances des choses, la faculté de discerner le particulier pour en juger, et les autres talents de l’esprit, de quelque nom qu’on les désigne, ou bien le courage, la décision, la persévérance dans les desseins, comme qualités du tempérament, sont sans doute à bien des égards choses bonnes et désirables ; mais ces dons de la nature peuvent devenir aussi extrêmement mauvais et funestes si la volonté qui doit en faire usage, et dont les dispositions propres s’appellent pour cela caractère, n’est point bonne. Il en est de même des dons de la fortune.

Dans la philosophie morale de Kant, ce livre est complémentaire de la Fondation de la métaphysique des mœurs et en constitue la suite : alors que Kant y exposait seulement les principes a priori de la moralité, en n’y donnant que quelques exemples pour illustrer sa démonstration, il détaille ici le contenu concret des différents devoirs moraux. L’éthique, issue de la raison, est composée en premier lieu de la Métaphysique du droit. Le droit est un concept pur, il est illustré par des situations pratiques quand on parle Des Droits. Désirer, c’est pouvoir, par ses représentations, être cause des objets de ses représentations. La faculté d’un être d’agir selon ses représentations s’appelle la vie. Les lois physiques visent à l’universel et au prévisible, ce n’est pas le cas des lois morales.

Nos actions sont guidées autant par l’expérience, que par le principe moral. Chacun apprend de l’expérience comment il connaîtra la joie. Les lois morales sont basées sur la raison pure. Tout en y incorporant le Désir.

Ce qui permet de donner les mœurs de la Vie. Une loi comprend : le déroulement de l’acte, et le mobile. Une loi morale est centrée sur le mobile, une loi juridique est centrée sur le déroulement de l’acte. La légalité s’applique au respect de l’action, la moralité à l’idée du devoir.

Les devoirs découlant de la loi juridique sont des devoirs extérieurs, la législation morale entraîne des devoirs intérieurs également mais n’exclut pas l’action extérieure. Le concept de liberté est pur concept de raison, c’est un principe transcendant. Mais on trouve des exemples pratiques qui prouvent en nous une volonté pure. Cette liberté inconditionnelle de notre arbitre est soumise à des impératifs parfois catégoriques, ou techniques. L’obligation est la nécessité d’une action libre sous un impératif catégorique de la raison. Licite est une action qui n’est pas opposée à une obligation.