Document numérique et société : Actes de la conférence organisée dans le cadre de la Semaine du document numérique à Fribourg (Suisse) les 20 et 21 septembre 2006 PDF

Ces listes gagneraient à être introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. On distingue document numérique et société : Actes de la conférence organisée dans le cadre de la Semaine du document numérique à Fribourg (Suisse) les 20 et 21 septembre 2006 PDF formes de résistance au nazisme à l’intérieur de l’Allemagne même et des territoires annexés. De 1933 à 1945, 32 500 personnes sont condamnées à mort et exécutées, la plupart du temps pour motifs politiques. Cependant, jamais la résistance allemande n’a pu avoir un impact suffisant pour déstabiliser à elle seule le régime nazi.


Pour sa première édition, la conférence Document numérique et société s’est fixé l’objectif d’apporter des éclairages sur les dimensions économiques et sociétales liées à la production éditoriale de documents numériques. Dans le prolongement des réflexions sur la «redocumentarisation», les communications réunies dans cet ouvrage s’intéressent tout particulièrement à la nouvelle donne du document en tant que vecteur de contenu et objet de médiation. Leurs auteurs interrogent notamment les modalités renouvelées de production et de traitement des contenus numériques : wikis, folksonomie, indexation sociale… Comment ces diverses technologies d’édition électronique renouvellent-elles les pratiques professionnelles, les genres éditoriaux qui balisaient jusqu’à présent notre univers informationnel ? Comment se redistribuent les rôles des différents acteurs dans le cycle de vie du document numérique et quels modèles économiques pérennes tendent à se mettre en place ?
CET OUVRAGE, coordonné par Ghislaine Chartron (INRP, Lyon) et Evelyne Broudoux (IUT de Vélizy), rassemble les vingt communications faites au cours de la confé­rence «Document numérique et société» (DocSoc) qui a eu lieu dans le cadre de la Semaine du document numérique 2006 (SDN 06), à Fribourg (Suisse), les 20 et 21 septembre 2006.

La chasse aux sociaux-démocrates dès le début du régime nazi a d’emblée réduit la résistance sociale-démocrate qui mettra donc du temps à s’affirmer. La répression s’abat dès le début du régime. Démantelé par la police de 1938 à 1944. Parmi ses membres : Fritz Bauer, Willy Brandt. Le SAP diffusait clandestinement le journal Das Banner der revolutionären Einheit. Les communistes sont une cible prioritaire de la répression nazie. Ce groupe agit en France en coordination avec le PCF clandestin.

Ils purent écouter les lignes téléphoniques de l’Abwehr à Paris. Trepper fut arrêté et le groupe éclata au printemps 1943. Ce groupe rassemblait des informations sur les crimes nazis et distribuait des tracts antinazis. Schulze-Boysen coopéra avec les bureaux des renseignements soviétiques de Paris et Bruxelles. Organisation communiste fondée en 1924 par le KPD.

Activité : soutient les persécutés du régime national-socialiste. Issue : organisation interdite en 1933 et dissoute en 1936 par les Nazis. Issue : Wilhelm Knöchel est arrêté par la Gestapo en 1943 et exécuté en 1944, et son groupe démantelé. Une cinquantaine de résistants du groupe sont arrêtés et tués. Activité : Josef Römer tente d’organiser un attentat contre Hitler et contacte les cercles de résistance d’Adam von Trott zu Solz et Robert Uhrig.

En 1940, Römer diffuse le journal clandestin Informationsdiens. Issue : Josef Römer est arrêté en 1942 et exécuté en 1944. Groupe de 100 membres en 1940 et 200 en 1942. Issue : organisation démantelée par la Gestapo en 1942. Les survivants rejoignent le groupe d’Anton Saefkow. Activité : collecte d’informations sur l’industrie de guerre, diffusion de tracts.

Contact à la fin des années 1930 avec les groupes de Robert Uhrig et Beppo Römer. Issue : Walter Budeus est arrêté en 1942 et condamné à mort en 1944. Fondé en 1941-1942 par Bernhard Bästlein, Oskar Reincke et Franz Jacob au sein des chantiers navals de Hambourg. Activité : diffusion de tracts, envoi des lettres aux soldats stationnés au front de l’Est pour les inciter à refuser de combattre. Issue : arrêtés par la Gestapo en 1943 puis 1944.

Une soixantaine de résistants exécutés en 1944-1945. Activité : diffusion de tracts, en contact en 1944 avec Julius Leber et Adolf Reichwein, résistants sociaux-démocrates membres du complot du 20 juillet 1944. Issue : la Gestapo arrête en juin 1944 Anton Saefkow, Franz Jacob, Julius Leber et Adolf Reichwein. Des centaines de résistants de ce groupe, comme Judith Auer, sont arrêtés et assassinés.