Déterminants organisationnels et psychosociaux, ac PDF

LEAN : révolution dans l’organisation du travail ou fausse bonne idée ? Management de la santé et de la sécurité au travail. Lean manufacturing : Quelle place pour la santé et la sécurité au travail ? Qualité de vie déterminants organisationnels et psychosociaux, ac PDF travail : où en êtes-vous ?


Cette page se propose de décrire succinctement quelques-uns des outils les plus fréquemment utilisés dans le management QHSE et de proposer des liens vers des pages qui traitent plus complètement de ces outils. Il s’agissait d’une méthode d’analyse de sûreté de fonctionnement, c’est-à-dire portant sur la fiabilité, la disponibilité, la  » maintenabilité  » et la sécurité du système. La méthode était développée par l’armée états-unienne. Cette méthode était rapidement et largement utilisée dans l’aérospatiale. La méthode AMDEC implique le recensement et l’évaluation systématique de tous les risques potentiels d’erreurs susceptibles de se produire à chacune des phases de réalisation d’un système. La méthode AMDEC nécessite l’intervention d’une équipe pluridisciplinaire d’experts.

C’est ce dernier point qui distingue l’AMDEC des cercles de qualité. Ces experts vont déterminer les triplets Cause – Mode – Effet à partir des éléments du système. La méthode AMDEC est souvent critiquée pour ses lourdeurs et son coût. Elle reste pourtant très pratique et très performante dans certaines industries à haut risque pour la raison que cette méthode oblige à travailler continuellement sur des plans de contrôle et la nature des tests nécessaires pour l’élaboration des systèmes et la sollicitation de ses fonctions.

Parce que la méthode AMDEC s’applique dès la phase de conception, au cours de laquelle il est possible d’apporter des modifications à des stades précoces, elle aide à prévoir, ce qui est moins coûteux ou risqué que d’être obligé de revoir. Généralement, et en dépit de quelques limites, on admet que la méthode AMDEC permet de mettre en évidence des situations auxquelles on peut être amené, un jour, à faire face et qu’il vaut mieux d’en évaluer la gravité. Cela passe par l’évaluation des risques induits par une défaillance sur un composant et par l’identification des faiblesses du système. Unis, dans le cadre de la sûreté et de la fiabilité des armes nucléaires. Cette méthode est très apparentée à l’AMDEC.

Elle est basée sur la détermination d’un facteur de confiance valable pour chaque mode de défaillance. Le facteur de confiance est le quotient de la valeur de la marge par la valeur de l’incertitude. La valeur de la marge est la distance qui sépare le système des limites de sécurité. L’incertitude est celle de la mesure de la marge. Une installation, un équipement, un système, une arme, etc.