Convention collective nationale, Industrie et commerce de gros des glaces, sorbets et crèmes glacées PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Cet article dresse la liste alphabétique des conventions collectives en France. Les conventions collectives sont des contrats conclus entre les organisations professionnelles d’employeurs et les syndicats de salariés. Elles traitent des conditions de travail et d’emploi et des garanties sociales des salariés. Certaines convention collective nationale, Industrie et commerce de gros des glaces, sorbets et crèmes glacées PDF sont  étendues , à toutes les activités semblables, à tous les employés et employeurs des activités citées.


Article connexe : Liste des conventions collectives en France par numéro. 3091 quincaillerie brochure remplacée par la brochure no 3311 relative aux commerces de quincaillerie, fournitures industrielles, fers-métaux et équipements de la maison. 3160 quincaillerie brochure remplacée par la brochure no 3311 relative aux commerces de quincaillerie, fournitures industrielles, fers-métaux et équipements de la maison. Convention collective, un dossier du site Service-public. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 30 novembre 2017 à 02:54. Quoi de neuf sur le site ? Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Occitanie, traversé par la rivière Tarn qui lui a donné son nom. Le département actuel résulte d’une longue histoire qui a précédé sa création en 1790. Commencée il y a 500 000 ans avec les plus anciennes traces humaines, elle se poursuit avec la tribu gauloise des Rutènes.

Sa géographie repose sur une forte opposition est-ouest : le relief et la géologie en sont la cause. Une autre dualité se retrouve dans la démographie et l’économie, mais dans le sens nord-sud. Le nom est attesté anciennement sous la forme Tarnis. Toutefois, l’histoire du territoire circonscrit aux limites du Tarn est beaucoup plus ancienne.

Sa surface gravée révèle une silhouette humaine stylisée : la tête réduite au contour du menton, les bras sont terminés de mains allongées et une ceinture à mi-hauteur entoure la pierre. Au paléolithique apparaissent les premières traces d’art rupestre à Penne. Au néolithique, de nombreux menhirs sont érigés autour de Lacaune en continuité avec ceux élevés dans le Rouergue. Rutènes, peuple celte, sur une aire qui représente approximativement les actuels départements de l’Aveyron et du Tarn, s’accompagne d’un développement de l’agriculture, et de l’exploitation de mines de fer et cuivre.

Un artisanat florissant est met valeur le territoire. La métallurgie, outillage en fer, bijoux en or et bronze, exploite les gisements locaux et la poterie prospère notamment à Montans. Au moment de la guerre des Gaules, les Rutènes s’allient aux Arvernes pour combattre Jules César. Durant cette période, la région reste essentiellement rurale avec le développement de villas, majoritairement situées dans la plaine des rivières Tarn et Agout. Albi est une petite bourgade sortie des limites de l’oppidum celte et Castres un village d’artisans.

Le travail des métaux s’intensifie sur les sites déjà connus des Celtes. La toponymie en  ac  est un suffixe celte qui signifie la propriété. Tarn est inclus dans le Royaume wisigoth lors de l’arrivée du peuple des Wisigoths. Des incursions des Vikings et des Sarrazins sèment la terreur. Une civilisation occitane s’établit sous la coupe des comtes de Toulouse. La croisade des Albigeois initiée par le pape Innocent III oppose des armées du nord de la France aidées de contingents étrangers, aux seigneurs occitans. Albigeois dans son comté, mais son vassal, le vicomte Raymond-Roger Trencavel en est le seigneur.

Rapidement emprisonné à Carcassonne, Trencavel meurt, ses terres étant annexées par Simon IV de Montfort nommé chef de la croisade. La place est ombragée par des platanes. Arcades de la bastide de Briatexte. Après 10 ans de lutte, les Languedociens semblent avoir gagné la guerre, mais le pays est exsangue et le roi de France succède à Amaury VI de Montfort, fils de Simon IV. Il se soumet au roi Louis IX et signe le traité de Meaux-Paris. L’Albigeois dépend alors directement du domaine royal, administré par des familles de croisés comme celle de la maison de Lévis.

Cet urbanisme rationnel fondé sur des impôts allégés, permet un essor de l’artisanat et du commerce. Une bourgeoisie du pastel fait construire de somptueux hôtels et tout le pays profite de cette manne financière. Son déclin est dû à la culture de l’indigo moins cher en région tropicale. Les murs peints de couleurs vives tranchent avec la blancheur et les dentelles de pierre du jubé qui coupe le volume transversalement. Cathédrale d’Albi : peintures et jubé, des ajouts de la Renaissance.