Clement D’Alexandrie, Sa Doctrine Et Sa Polemique PDF

Dieu le père  et  son fils Jésus . La pensée de l’arianisme affirme que si Dieu est divin, son Fils, lui, est d’abord humain, mais un humain disposant d’une part de divinité. Le premier concile de Nicée, convoqué clement D’Alexandrie, Sa Doctrine Et Sa Polemique PDF Constantin en 325, rejeta l’arianisme.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

Les empereurs succédant à Constantin revinrent à l’arianisme et c’est à cette foi que se convertirent la plupart des peuples germaniques qui rejoignirent l’empire en tant que peuples fédérés. L’origine de la christologie arienne reste discutée. Le premier arianisme adopte le subordinatianisme, selon lequel le Fils n’est pas de la même nature que Dieu, incréé et éternel, alors que Jésus est créé et temporel. Si le Fils témoigne de Dieu, il n’est pas Dieu, et si le Fils possède un certain degré de divinité, elle est de moindre importance que celle du Père.

Les ariens ne professent donc pas la consubstantialité, adoptée ultérieurement par les Églises. La querelle entre ariens et trinitaires prend rapidement une tournure politique. Après Nicée, Constantin favorise le parti d’Athanase d’Alexandrie qui avait procédé à l’excommunication d’Arius. C’est à l’occasion de ce concile que l’arianisme est qualifié d’ hérésie , mot qui prend à cette occasion un sens péjoratif. Les empereurs qui lui succèdent varient entre le soutien aux orthodoxes ou aux ariens. Il est bien implanté dans la maison impériale et donc soutenu par le pouvoir.

Les trinitaires, tels qu’Athanase, ont des difficultés à obtenir des places, jusqu’à ce qu’ils obtiennent le siège d’Alexandrie, c’est-à-dire le pouvoir sur l’Égypte. Entre 325 et 361, soutenus par l’empereur Constance II, les ariens rétablissent leur prépondérance politique et religieuse, notamment au cours des conciles de Sirmium. Julien, lui, n’apprécie pas la religion chrétienne, et n’est sans doute pas fâché d’envenimer les conflits au sein de l’Église : il revient sur ces dispositions. La Bible de Wulfila, premier livre en langue gotique : le Codex Argenteus.

Quelques années plus tard, l’empereur d’Orient Valens favorise à l’inverse certains évêques ariens. Mursa en Pannonie et son voisin Ursace à Singidunum en Mésie sont ariens. Enfin, de 361 à 381, les trinitaires contre-attaquent. L’Église catholique majoritaire à l’Est et l’hérésie arienne majoritaire à l’Ouest. Les Wisigoths convertirent à leur tour les Suèves autour des années 460, lors de leur domination en Hispanie et en Gaule. Royaume wisigoth est conquise à la bataille de Vouillé et doit également rejoindre le christianisme nicéen.

Royaume vandale d’Afrique et le Royaume ostrogoth d’Italie disparaissent lors des reconquêtes de l’empereur byzantin Justinien Ier. De plusieurs façons, le conflit autour des croyances d’Arius durant les quatrième, cinquième et sixième siècles contribue à définir le caractère central de la trinité chrétienne dans le flux principal de la théologie chrétienne. L’emploi du terme arianisme comme épithète polémique peut prêter à deux types d’amalgames et d’anachronismes. Jésus n’existait pas, n’ayant pas encore été créé. Jean Calvin, pour  hérésie  antitrinitaire, sa christologie étant similaire à l’arianisme. Pour lui, Jésus a eu une existence pré-humaine en tant que Logos, de même nature que le Père. C’est à la résurrection de Jésus que celui-ci a, en plus, obtenu l’immortalité.

Cependant, Arius considérait le Saint-Esprit comme étant une personne, alors que Russell n’attribue pas une personnalité à cet esprit. Témoins de Jéhovah, qui ont abandonné la distinction que faisait Russell entre la nature divine de Jésus et la nature angélique. Mircea Eliade, Dictionnaire des religions, Pocket, coll. Le pouvoir et la foi, éd. Michel Rouche, Les Origines du christianisme 30-451, Hachette, p. Camille Pascal,  Le baptême de Clovis,  un moment fondateur de notre histoire  , leparisien. Exemple de profession de foi unitarienne par Pierre Yves Ruff, pasteur de la fraternité unitarienne, sur le site Theolib.