C’était Le Corbusier PDF

Gare de Oullins mises en ligne. 2013 Mise à jour de la page Expositions et publications photographiques à l’occasion de la sortie du Dossier sur l’Art, Corps et Performance – LIGEIA. 2013 Mise en ligne des c’était Le Corbusier PDF du reportage sur la Requalification du Vieil Arbresle, reportage réalisé pour l’agence de paysagisme Atelier du Bocal et la société d’architecture Strates. Les photographies seront dorénavant « signées » : pas très esthétique, mais je suis un peu fatigué de les retrouver éparpillées sur la toile sans qu’il ne soit fait, bien évidemment, mention de leur origine.


Voici la première biographie complète l’un des architectes les plus admirés du xxe siècle, né en 1887 et mort en 1965. L’un des plus controversés aussi : ne lui reproche-t-on pas d’avoir voulu raser Paris et d’être à l’origine de nos maux urbains ? À rebours de la légende qui entoure cet artiste secret et lunatique, Nicholas Fox Weber retrace un parcours d’exception : celui d’un jeune homme, né Charles-Édouard Jeanneret dans le Jura suisse, qui s’installe défitivement à Paris en 1917, bien décidé à bouleverser à tout jamais la manière de vivre de ses contemporains, alors qu’il n’a pas de diplôme d’architecte. Ses constructions modernistes, comme les villas La Roche et Savoye, enflamment les avant-gardes. Sa vision futuriste de l’habitat, individuel comme collectif, s’incarne dans de nombreuses réalisations : l’Unité d’habitation de Marseille, l’abbaye de Ronchamp ou encore le couvent de La Tourette… Théoricien de l’urbanisme et de l’architecture, Le Corbusier est sollicité dans le monde entier, jusqu’en Inde où il conçoit, à la fin de sa carrière, une ville entière : Chandigarh. Dans cet ouvrage richement illustré et nourri d’archives en partie inédites -, dont la correspondance privée de l’architecte – Weber brosse le portrait touchant d’un artiste irascible et dépressif, tendre et enthousiaste. Il décrit un homme étanche à toute forme d’engagement politique, prêt, pour obtenir des commandes, à faire le siège des puissants, qu’ils s’appellent Staline, Mussolini, Pétain ou De Gaulle… C’est aussi un Le Corbusier intime que l’on découvre. Le biographe révèle son rapport avec les femmes et, en premier lieu, avec sa mère, une Jurassienne revêche, dont il cherchera en vain l’approbation toute sa vie. Il raconte son mariage long de vingt-sept années avec une femme qui ne s’intéressait absolument pas à l’architecture et refusait qu’il en soit question à table, ainsi que ses nombreuses aventures – notamment avec Joséphine Baker… Une somme magistrale qui rend justice à l’un des génies les plus singuliers du siècle passé.

2012 Mise à jour de la page Expositions et publications photographiques. 2011 Implémentation d’un moteur de recherche dont les résultats se cantonneront au contenu du site. Implémentation également d’une icône Facebook permettant de « marquer » les pages. 2011 Royaume-Uni, Angleterre, mise en ligne des photographies de Stonehenge, sanctuaire mégalithique. Mémorial soviétique du Tiergarten en ligne.