Balades nature dans le Parc naturel régional du Verdon 2013 PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Le Tourisme dans le Balades nature dans le Parc naturel régional du Verdon 2013 PDF est l’une des activités économiques les plus importantes du département. Son histoire, débute aux environs de 1760, à Hyères, ville devenant une station hivernale de renom auprès des anglais grâce à son climat méditerranéen relativement doux.


Plongez dans le secret des gorges du Verdon, élevez-vous vers les reliefs des Préalpes, offrez-vous des panoramas vertigineux, retombez sous le charme des champs de lavande… Du plateau de Valensole au massif du Chalvet, le Parc vous invite à découvrir un canyon inoubliable, des forêts profondes accueillant des espèces rares et protégées, des pelouses alpines façonnées par un pastoralisme ancestral, un territoire riche et unique.

France sous l’impulsion de l’aristocratie européenne et du monde des arts et des lettres, n’hésitant pas de prendre leurs quartiers d’été au bord des villes littorales et de Méditerranée. Les premiers congés payés de 1936 contribue aux premiers départs en vacances de milliers d’ouvriers et employés, découvrant pour la toute première fois les vacances à la mer et la découverte du littoral varois. Le département connaît dans les années 1960, une explosion de l’activité touristique avec une forte urbanisation du littoral. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Hyères qui devient une station hivernale de renom auprès des Anglais avec en particulier les séjours du prince de Galles, le futur roi d’Angleterre George IV, en 1788 et 1789.

Hyères se métamorphose accueillant la classe aristocratique s’y installant et réalisant pour la postérité, palaces et villas prestigieuses. Aix-en-Provence ou de Marseille qui souhaitent rejoindre l’Italie. D’autres sites deviennent des lieux privilégiés du tourisme artistique. Les industriels lyonnais de la soie sont également des acteurs importants du développement des stations du golfe de Saint-Tropez. Le tourisme est également facteur de fracture territoriale, opposant la société traditionnelle rurale à des unités urbaines connaissant une croissance très rapide. Saint-Tropez devient une station balnéaire internationalement connue grâce à l’engouement des artistes de la Nouvelle Vague puis des Yéyés et enfin, un lieu de villégiature de la Jet set européenne et américaine comme des touristes en quête d’authenticité provençale ou de célébrités.

Dans les années 1960, le Var connaît une explosion de l’activité touristique avec une forte urbanisation du littoral. Ainsi, des villes nouvelles apparaissent sur la côte comme Port-Grimaud, Les Issambres ou à l’intérieur des terres Cogolin. Longtemps estivale et balnéaire, l’activité touristique varoise se diversifie avec le tourisme vert et connaît un développement d’avant et d’arrière-saison. Le département du Var est un territoire touristique bien desservi et tous les moyens de transport existent pour arriver dans son lieu de vacances.

En 2014, l’aéroport est le 23e plus fréquenté de France avec 550 768 passagers transportés. Le département compte aussi deux aéroports accueillant des appareils privés, l’aéroport du Castellet et l’aéroport de La Môle – Saint-Tropez. Cependant, les capacités d’accueil dans le Haut Var et le Verdon se localisent dans les communes à proximité du Lac de Sainte-Croix et des Gorges du Verdon et se composent essentiellement d’hébergements en chambres d’hôtes et gîtes ruraux. Structure plus ancienne que le camping, l’hôtellerie varoise compte en 1979 579 hôtels homologués offrant 11.

En 2013, le Var compte 433 hôtels homologués et de chaîne non classés soit 12 360 chambres représentant plus de 3,5 millions de nuitées. Emile Aubert est créé, en 1951, le 1er gîte rural dans les Basses-Alpes. Quatre ans plus tard en 1955 est fondée la Fédération Nationale des Gîtes de France. Le relais départemental varois des Gîtes de France est créé cinq ans plus tard, en 1960. L’hôtellerie de plein air dit « camping » est dans le Var le mode d’hébergement le plus importants de France.

En 1980, le département recense 276 terrains aménagés regroupant 74. 520 emplacements pour tentes ou caravanes, pour une capacité d’accueil officielle d’environ 150. L’offre de locations de vacances est particulièrement importante dans le département, spécialement sur les villes du littoral côte où sont concentrées les grandes résidences. En dehors des principales zones touristiques, il est plus facile de trouver une offre diversifiée telle que les maisons, studios ou appartements. La résidence de tourisme est né dans les années 1970, bien après tous les autres types d’hébergement touristique. Conçue dans les années 1970 pour faciliter la commercialisation des stations de sports d’hiver, le phénomène ne cesse de croître dans les années 1980, pour s’étendre aux littoraux. Le département compte sur son territoire 41 villages de vacances.