Armes et Armure du Chevalier : Petit traité de chevalerie PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Armes et Armure du Chevalier : Petit traité de chevalerie PDF of Edward of Norwich, 2nd Duke of York.


Arms of Humphrey of Lancaster, 1st Duke of Gloucester. 25 octobre 1415 pendant la guerre de Cent Ans. 6 000 hommes et qui tente de regagner Calais, devenue anglaise depuis 1347, et donc, par là même, l’Angleterre. 1346, il se dirige alors avec son armée vers le Nord de la France en vue de rembarquer vers l’Angleterre. Cette bataille, où la chevalerie française est mise en déroute par des soldats anglais inférieurs en nombre, est souvent considérée comme la fin de l’ère de la chevalerie et le début de la suprématie des armes à distance sur la mêlée, qui se renforcera avec l’invention des armes à feu. Pour les Anglais, cette bataille reste l’une des victoires les plus célébrées, notamment par William Shakespeare dans Henri V. Angleterre envahit la France après l’échec des négociations avec les Français.

Henri convoque alors un grand conseil au printemps 1414 pour discuter d’une guerre avec la France, mais les barons présents insistent pour qu’il négocie plus vigoureusement et qu’il modère ses revendications. Les Français répondent par des termes qu’ils considèrent comme généreux, à savoir une dot de 600 000 couronnes pour le mariage d’Henri et de Catherine ainsi qu’une Aquitaine anglaise élargie. En décembre 1414, le Parlement anglais est persuadé d’accorder à Henri un double subside, une taxe deux fois plus élevée qu’à l’ordinaire, afin qu’il puisse reconquérir ce qu’il considère comme son héritage en France. 1 600 navires, accoste en vue de Chef-de-Caux près de l’estuaire de la Seine. Il entreprend le siège d’Harfleur avec 6 000 hommes d’armes et 24 000 archers.

Les commandants français d’Harfleur lui demandent d’accorder un délai qui s’étende jusqu’au 23 septembre, date à laquelle la ville capitulerait si une armée française de secours n’arrivait pas. Calais, c’est-à-dire la transformer en colonie anglaise. Les habitants qui sont prêts à servir le roi d’Angleterre sont autorisés à rester. La dysenterie ayant frappé son armée, Henri doit provisoirement abandonner ses rêves de conquête et rembarquer pour l’Angleterre.

Il laisse une garnison à Harfleur et quitte la ville le 8 octobre avec le reste de son armée en vue de regagner Calais. Il remonte par la rive gauche de la Somme, en vue de trouver un pont ou un gué mal défendu. La bataille a lieu dans la clairière entre les bois d’Azincourt et de Tramecourt, dans l’actuel Pas-de-Calais près du village d’Azincourt. Le champ de bataille a été un élément déterminant à l’issue de l’affrontement. La nuit du jeudi 24 octobre se passe sur le terrain pour les deux camps. Une lourde pluie tombe toute la nuit sur les deux armées peu abritées. Le champ de bataille, tout en longueur, est fortement détrempé, particulièrement côté français, placés dans le bas de la colline où coule un ruisseau devenu torrent durant la nuit.