Actualités en pathologie du langage et de la communication PDF

Les traitements sont réalisés en passant par l’artère de la cuisse, l’artère fémorale, au niveau du pli de l’aine. De là, différents  cathéters , sorte de actualités en pathologie du langage et de la communication PDF de quelques millimètres de diamètre, pourront être dirigés vers le cerveau, sans incision chirurgicale. Le guidage depuis l’aine jusqu’au cerveau se sert de rayons X. Cette technique est née dans les années 1980 offrant une alternative à la neurochirurgie, qui nécessite une ouverture du crâne.


L’accent est mis sur les trois champs de développement les plus significatifs des recherches contemporaines en aphasiologie que sont: les neurosciences, les sciences cognitives et la pragmatique. Il y a tout juste 10 ans se clôturait un des premiers forums thématiques de la Société de Neuropsychologie de Langue Française consacré aux aphasies. En reprenant le même thème, le présent ouvrage – issu de la session de formation de décembre 2000 – met l’accent sur les trois champs de développement les plus significatifs des recherches contemporaines en aphasiologie que sont: les neurosciences, les sciences cognitives et la pragmatique. Si ces différents champs de la connaissance ont longtemps été envisagés à l’écart les uns des autres, leur intégration dans l’étude actuelle des aphasies paraît ne plus faire aucun doute. Avec les neurosciences dont les développements sont considérables, la neuropsychologie participe de plus en plus largement au projet qui vise à déterminer les bases neuronales des fonctions cognitives et des fonctions linguistiques en particulier. L’apport des sciences cognitives ne fait que se confirmer, la neuropsychologie contribue toujours davantage à la compréhension des opérations mentales qu’est capable de réaliser le système nerveux central. D’autant que les dissociations et doubles dissociations observées chez les patients porteurs de lésions focalisées s’enrichissent de celles relevées dans les pathologies dégénératives. Quant à la dimension pragmatique et fonctionnelle de l’étude des aphasies, elle prend une orientation nouvelle avec l’exploitation des techniques d’évaluation issue de l' »Analyse conversationnelle ».

Les progrès réguliers de ce domaine permettent aujourd’hui de traiter par neuroradiologie interventionnelle la grande majorité des malformations vasculaires cérébrales ou de la moelle épinière. On peut ainsi obstruer des vaisseaux qui ont ou risquent de saigner, dilater ou déboucher des artères. Les gestes sont réalisés au bloc opératoire sur une table d’angiographie dotée de deux tubes de rayons X, ce qui permet la réalisation d’images en 3 dimensions et haute résolution. La précision du geste nécessite une immobilité parfaite du patient et donc une anesthésie générale.

Ouverture en mars 2013 d’un nouveau bloc de neuroradiologie interventionnelle au sein du bloc opératoire avec une table d’angiographie biplan GENERAL ELECTRIC INNOVA IGS 630 permettant la réalisation d’images 3D haute résolution. 24 de l’ensemble des pathologies vasculaires cérébrales et médullaires. Vous pouvez être reçu en consultation par une équipe pluridisciplinaire. Un neurochirurgien et un neuroradiologue interventionnel vous reçoivent ensemble, afin de vous expliquer votre pathologie et vous proposer une prise en charge. Comment s’effectue la prise en charge des patients ? Les pathologies traitées en neuroradiologie interventionnelle sont les anévrismes intracrâniens, malformations artério-veineuses, fistules durales intracrâniennes et médullaires, accidents vasculaires cérébraux ischémiques et certaines tumeurs rachidiennes ou intracrâniennes. Un anévrisme intracrânien correspond à une hernie dans la paroi d’une artère cérébrale.

Le principal risque est la rupture de cette bulle, qui provoque une hémorragie méningée. Les complications de cette rupture peuvent être graves avec un risque de séquelles neurologiques ou de décès du patient. L’anévrisme peut être découvert lors de sa rupture, qui se traduit alors par des maux de tête extrêmement violents et qui apparaissent en quelques instants, des vomissements et parfois une perte de connaissance. La technique chirurgicale, après craniotomie, vise à pincer le collet de l’anévrysme à l’aide d’un clip métallique. En fin de procédure, une compression est faite au niveau des points de ponction et le patient doit rester strictement alité pendant 24 heures.

Il sera surveillé en salle de réveil puis en unité de soins continus. Le centre de cet amas de vaisseaux est appelé  nidus . La principale complication d’une malformation artério-veineuse est le saignement dans le cerveau par rupture d’un vaisseau, qui peut entrainer brutalement le décès du patient. La MAV peut être découverte à l’occasion d’une crise d’épilepsie, de maux de tête ou au décours d’une hémorragie cérébrale. Le principe du traitement est l’oblitération de l’ensemble des vaisseaux anormaux constituant la malformation artério-veineuse. Les options thérapeutiques comprennent l’embolisation par voie endovasculaire en neuroradiologie interventionnelle, l’exérèse chirugicale et la radiochirurgie.