A la découverte de l’Univers – Les bases de l’astronomie et de l’astrophysique PDF

GN-z11 ne constitue pas un monstre cosmique. Sa masse est estimée à 1 milliard de fois celle du Soleil, un chiffre à comparer avec les centaines de milliards de masses solaires de la Voie lactée. Elle est A la découverte de l’Univers – Les bases de l’astronomie et de l’astrophysique PDF 25 fois plus petite que notre galaxie. La découverte de GN-z11 nous montre que notre connaissance du jeune Univers est encore très limitée, concède avec modestie Ivo Labbé, lui aussi de l’université de Leyde.


À la découverte de l’Univers conduit le lecteur jusqu’aux confins du système solaire et au-delà, à la lumière des plus récentes découvertes de l’astronomie et de l’astrophysique.

Un ouvrage d’une grande richesse

Cet ouvrage retrace l’histoire de notre Univers de sa formation à son exploration moderne. Après avoir été initié aux notions élémentaires d’optique et de physique gravitationnelle nécessaires pour aborder l’astrophysique, le lecteur est invité à partir à la découverte des planètes, des étoiles et autres corps célestes. Son voyage se poursuit avec une brève exploration des galaxies et une introduction à la cosmologie, avant de se conclure par une présentation des dernières pistes de recherche en astrobiologie.

Observer l’Univers

Les technologies d’observation contemporaines du ciel permettent de voir toujours plus loin et avec toujours plus de précision. À ta découverte de l’Univers est richement illustré de photos prises par les satellites envoyés dans l’espace et par les télescopes les plus puissants. De nombreuses cartes stellaires permettent de situer les observations visibles sur les clichés, tandis qu’une kyrielle de dessins et schémas illustrent de façon claire les phénomènes décrits.

Votre propre observatoire sur Internet

Des compléments en ligne vous proposent de poursuivre le voyage dans l’Univers de façon interactive.

Des vidéos et des animations en ligne vous permettront de voir les phénomènes décrits dans l’ouvrage.

Surtout, vous vous rapprocherez des planètes et des étoiles, et plongerez dans les galaxies les plus éloignées, guidé dans l’immensité par Neil F. Comins grâce à un logiciel interactif d’observation virtuelle.

L’auteur
Le professeur Neils F. Comins enseigne à l’université du Maine, aux États-Unis. Plusieurs fois diplômé en physique et docteur en astrophysique, ses travaux dans les domaines de la relativité générale, de l’astronomie observationnelle, de la simulation numérique d’évolution des galaxies, sont mondialement reconnus.

Les traducteurs
Richard Taillet est docteur en physique théorique et agrégé de sciences physiques. Il est aujourd’hui professeur à l’université de Savoie et chercheur en astrophysique au Laboratoire d’Annecy-le-Vieux de physique théorique (LAPTH).

Loïc Villain est docteur en physique théorique de l’université Paris VII, dans le domaine de l’astrophysique relativiste. Il est maître de conférences à l’université François Rabelais de Tours et chercheur au Laboratoire de mathématiques et physique théorique (LMPT).

Comment GN-z11 s’est formée reste quelque peu mystérieux pour l’instant. Dans cette dernière phrase, ce qui compte le plus est le  pour l’instant . Il faut beaucoup de certitudes pour affirmer que la galaxie existait  400 millions d’années seulement après le Big Bang , sachant que le Big Bang n’est qu’une théorie mal démontrée. Il serait sans doute judicieux de votre part de nous donner des éléments soutenant cette affirmation pour le moins péremptoire. De nous dire par exemple d’où vient le fond diffus cosmologique, comment résoudre autrement les équations d’Einstein qu’avec une singularité initiale, etc.

On aurait trouvé une galaxie qui existait 1 heure après le big bang vous y croirez aussi ? Non, une galaxie ce ne sont pas  des etoiles, des planetes qui tournent autour et tout le reste . Une galaxie est un système d’étoiles et à cette époque on ne s’attend pas qu’elles aient des planètes. Il s’agit ici d’une galaxie parmi de très nombreuses connues dans l’Univers distant, mais c’est une pour laquelle la distance est connue le plus précisément. Et comment savez-vous que cette lumière correspond à une galaxie ?

Commencez par faire un doctorat un physique et ensuite une specialisation en cosmologie. Puis paluchez vous les 60 pages d’etude qui vont etr epublie dans une revue qui fait la difference entre une galaxie et un ariagne sur l’objectid du telescope. Et quand vous aurez totu analysé et en aurait conclu qu’il ne s’agit pas d’une galaxie alors on écoutera votre point de vue. D’ici la allez donc chercher les complaoteurs de l’aterissage sur la lune au lieu de nous ennuyer avec vos inepties. Et c’est comme ça qu’on le sait.

Tout simplement parce qu’en pointant le télescope dans la direction de la galaxie que l’on voit, c’est bien sa lumière qui arrive. Donc elle dit qu’une galaxie peut exister a 400 millions d’annees apres le big bang. 400 millions, c’est long et c’est court. De la a 400 millions d’annees, la gravitation a largement le temps. La RG dit simplement que l’univers a été plus dense dans le passé, et comment l’univers s’est dilaté, et à quel rythme.