200 Créneaux d’avenir pour se mettre à son compte PDF

1er avril 1976 à Cupertino, puis constituée sous forme de société le 3 janvier 1977. Son histoire est particulièrement liée à celle de l’un de ses cofondateurs, 200 Créneaux d’avenir pour se mettre à son compte PDF Jobs, forcé à quitter la firme en 1985, puis réembauché en décembre 1996, avant de devenir CEO de la société en 1997.


Se reposant sur de nombreuses études et prospectives, ce guide présente, dans un langage clair et accessible, 200 créneaux d’avenir pour se mettre à son compte. Dans certains secteurs et pour certaines activités (services aux entreprises, services à la personne, BTP, vente, …) la demande sera très importante. Et il y aura de nombreuses possibilités de créer sa propre entreprise pour satisfaire cette demande. Nul nécessairement besoin de capitaux ni de diplômes pour cela: pour de nombreuses créations, tous les niveaux de qualifications sont acceptés. Ces propositions peuvent se concevoir soit en création totale, soit dans le cadre d’une franchise. Un livre indispensable pour savoir quels secteurs vont exploser dans les années à venir, et permettre au futur dirigeant de prendre les bonnes décisions.

Bill Fernandez et son voisin Steve Wozniak montent leur premier ordinateur dans le garage de Bill, à partir de pièces jetées par des entreprises locales. Cragmont cream soda qu’ils boivent lors du montage. C’est à cette même époque que Bill présente son ami et camarade de classe, Steve Jobs, à Steve Wozniak. L’une des Blue Box montée par Wozniak. Il tente alors de rejoindre la division ordinateur de HP, en vain. En 1975, Jobs et Wozniak participent aux rencontres du Homebrew Computer Club, où les amateurs d’informatique viennent échanger leurs idées concernant les machines de l’époque, telles que l’Altair 8800.

Premier logo de Apple, mettant en scène Isaac Newton et la découverte de la gravitation universelle. Le nom de leur future entreprise, Apple Computer, est selon Steve Wozniak, une idée de Steve Jobs. Par la suite, le nom de la firme est à l’origine d’un long contentieux opposant Apple Corps à la firme californienne. Pensant qu’une troisième personne serait utile et pourrait agir comme arbitre en cas de désaccord entre eux, les deux Steve cherchent du côté de leurs employeurs respectifs. Bien que de 20 ans son aîné, celui-ci réussit à bien s’entendre avec Steve Jobs.

Une fois les premiers circuits imprimés prêts, Jobs part à la quête de clients. Le trio avait cependant initialement prévu de produire des circuits imprimés nus pour 25 dollars et de les revendre 50 dollars. Lorsque Jobs apparaît au Byte Shop pour livrer les ordinateurs, Terrell se consterne de le voir arriver avec seulement des cartes mères équipées de quelques composants, alors qu’il lui avait clairement demandé des ordinateurs complètement montés avec une alimentation, un clavier et un boîtier. Toutefois, Terrell tient sa parole et paye Jobs, puis se charge de trouver les éléments manquants dont un boîtier en bois fait à la main. Alors à la recherche d’investisseurs, Jobs se tourne vers son ancien patron, Nolan Bushnel, qui lui recommande de rencontrer Don Valentine de la société capital risque Sequoia Capital, qui quelques années plus tôt aida Atari. Fin 1976, les Apple Computer ne sont vendus que dans seulement dix boutiques aux États-Unis. Markkula établit un objectif de croissance des revenus à 500 millions de dollars en dix ans.